Les incohérences

Le fan de Kaamelott, à l’instar du fan de séries en général, est un passionné de sa série. Il connaît les personnages par cœur, peut citer spontanément six répliques cultes pour chacun des personnages principaux, connaît sur le bout des doigts l’histoire de chaque saison et peut retrouver en quelques secondes le titre d’un épisode quand on lui en parle. Toutes ces qualités font du fan de Kaamelott un incollable sur « son » univers. Du coup, dès que la moindre bribe d’un soupçon d’incohérence se présente, le fan saute au plafond et se lance dans de nombreuses investigations pour en savoir plus. Erreur de l’auteur, anachronisme involontaire, détail sciemment occulté ? Les possibilités sont nombreuses, et le fan ne perd guère de temps avant de filer sur son forum préféré pour faire part de sa découverte et en discuter. Revenons ici sur les incohérences les plus citées, et tâchons d’y apporter, si possible, des réponses !

Préambule

De l’utilité des incohérences

Les incohérences

La liste présentée ici n’est pas exhaustive, les incohérences listées proviennent de diverses sources, forums et sites dédiés à Kaamelott. Vous pouvez la compléter en proposant vos soupçons grâce aux commentaires en bas de page !

Cette liste n’a pas non plus pour vocation de diminuer la crédibilité de Kaamelott ou de tourner la série en ridicule parce qu’une miche de pain disparaît d’un plan à l’autre. Les incohérences sont inévitables dans le cas d’une série telle que Kaamelott, composée de centaines d’épisodes traitant de thèmes divers ; il s’agit ni plus ni moins que de lister ces petits détails qui ne sont visibles que par les fans qui ont vu 42 fois le même épisode et comparer les appréciations et explications qui vont avec. On s’aperçoit ainsi que les véritables incohérences, celles auxquelles on ne peut apporter aucune explication, sont relativement rares, ce qui est un fait remarquable compte tenu du risque !

Le cas des anachronismes

On trouve régulièrement des « incohérences » citées qui relèvent en fait de l’anachronisme ; il n’est ainsi pas rare de voir évoqués les armures et les armes du XVIème siècle, le château de pierre du XIIIème, les notions de psychologie, de photosynthèse, de voyage dans le temps ou de vitesse de la lumière, etc. Tous ces éléments sont avant tout un procédé humoristique qui est une des bases de Kaamelott : transposer des faits et une époque ancienne dans un contexte moderne et des dialogues contemporains. Certains anachronismes sont inévitables, comme le vocabulaire employé, d’autres sont volontaires et parfaitement assumés, comme les objets d’époques différentes. Nous ne nous intéresserons ici qu’aux incohérences scénaristiques, ces petites erreurs de continuité entre plusieurs épisodes.

Un autre dossier est consacré à la chronologie de Kaamelott et évoque les anachronismes et autres erreurs temporelles de la série plus en détail.

L’excuse du Livre I

C’est un peu le joker, utilisé pour signaler que si effectivement, au niveau de la trame globale il peut y avoir incohérence, ce n’est pas à proprement parler une erreur mais plutôt un défaut du à l’histoire de la série. Le Livre I a été écrit dans des circonstances particulières, notamment sans même savoir si une seconde saison verrait le jour ; on peut donc difficilement le mettre sur le même plan que les Livres suivants, dont l’écriture est plus logique et cohérente. Ce joker est utile pour différencier les véritables incohérences, par exemple Perceval et Karadoc qui savent puis ne savent plus lire, des incohérences typiques du Livre I, par exemple Merlin qui sait puis ne sait plus faire pousser les cheveux.

Ces quelques évidences posées, allons-y !

Incohérences d’écriture

Incohérences confirmées

Les personnages qui disparaissent

Dans les premiers livres sont parfois cités des personnages des légendes arthuriennes qui, s’ils n’apparaissent jamais, sont néanmoins censés siéger à la Table Ronde, comme par exemple Agravain dans Le Cas Yvain ou Galahad dans L’Adoubement — ce dernier étant le fils de Lancelot dans la légende. Dans l’épisode du Livre II L’Absent, Arthur précise même qu’il y aurait en tout plus d’une vingtaine de chevaliers, ce qui contredit les faits du Livre V : alors que le royaume se délite et qu’il est question de remplacer les chevaliers dissidents (Væ soli !), il est sous-entendu que seuls les personnages principaux de la série aient jamais constitué l’effectif de la Table Ronde.

Incohérence confirmée
C’est effectivement une incohérence. Une explication plausible est que les premiers Livres, notamment le premier, ne sont pas conçus pour être cohérents avec la suite, le Livre I ayant été écrit sans même savoir si une seconde saison verrait le jour. Citer quelques personnages de la légende sans s’y attarder ouvre la possibilité de les réutiliser par la suite, ou pas.

Les règles du Cul de Chouette

Dans l’épisode Perceval relance de quinze du Livre I, Perceval semble ne pas connaître le jeu du Cul de Chouette, alors que dans le Livre VI, quinze ans auparavant, on le voit jouer à ce jeu avec sa grand-mère avec qui il se dispute à propos des règles du jeu.

Incohérence confirmée
Clairement une incohérence, même si l’excuse du Livre I pourrait être soulevée.

Arthur et le Kamasutra

Dans l’épisode Le Trois de cœur du Livre I, Arthur assure qu’il ne s’est jamais retrouvé avec deux femmes dans le même lit. Or, deux de ses maîtresses sont jumelles et de la bouche d’Arthur même dans Les Jumelles du pêcheur, leur principal intérêt est qu’elles sont deux. De plus, on apprend dans les livres suivants et en particulier dans Les liaisons dangereuses que ce sont ses toutes premières maîtresses.

Incohérence confirmée
C’est bien une incohérence, même si on pourrait à nouveau soulever l’excuse du Livre I.

Le Duc et le Duc de…

Dans l’épisode Polymorphie du Livre I, Ygerne raconte à Guenièvre qu’avant sa rencontre avec Uther Pendragon elle était mariée « au Duc de Gorlais ».

Incohérence confirmée
Plus qu’une incohérence, il s’agit là d’une erreur nominative : dans le cycle arthurien, le nom réel du personnage en question est Gorlais, Duc de Cornouailles, Gorlais étant un prénom et non pas un nom de famille ou le nom d’un territoire du royaume de Logres.

La médecine, pour ou contre

Dans l’épisode Le Coup d’épée, Merlin tente de soigner Arthur avec la médecine, qui est présentée comme une chose à la mode qui ne « tiendra jamais la longueur » d’après le roi. Mais dans Goustan le Cruel, il affirme que la médecine a été instaurée depuis que Rome a fédéré la Bretagne et la présente d’ailleurs comme un avantage.

Incohérence confirmée
Cette « erreur » peut néanmoins n’être considérée que comme un procédé comique car elle intervient dans un contexte humoristique, tandis que la seconde incohérence intervient dans un contexte narratif.

La lecture, la pente fatale

Dans l’épisode Les Alchimistes du Livre II, Perceval et Karadoc affirment avoir lu par erreur le parchemin de boule de feu fourni par Merlin, voulant se préparer avant d’aller tuer un orc ; or on apprend dans l’épisode Les Mauvaises Graines ainsi que dans Le Chaudron Rutilant que Perceval et Karadoc ne savent ni lire ni écrire.

Incohérence confirmée
Clairement une incohérence.

Arthur et les animaux

Dans l’épisode Les Chiens de guerre, Arthur prétend que les bestioles n’ont jamais été son truc ; pourtant dans plusieurs épisodes (Le Cadeau, Polymorphie, Exsecutor, …) il semble apprécier les animaux en présence de qui il se trouve ; un petit bouc, un chat, il avoue même aimer les chiens.

Incohérence confirmée
Clairement une incohérence.

Des pierres… Mais d’où ?

Dans l’épisode Le Dernier Empereur, Arthur et Léodagan vantent les mérites de Kaamelott en disant que la forteresse est « une merveille toute en pierre d’Irlande ». Mais dans La Visite d’Ygerne, Arthur affirme à sa mère que les pierres viennent d’une carrière du Pays de Galles.

Incohérence confirmée
Un incohérence propre au Livre I. Si l’on ne tient pas compte de l’excuse du Livre I, on peut supposer que c’est la seconde version qui est la plus probable, ne serait ce que par le fait qu’on imagine mal pourquoi Arthur se serait compliqué l’existence en allant acheter 24 500 pierres (16 132 d’après Perceval dans l’épisode Sept cent quarante-quatre) qu’il aurait fallu ensuite faire venir par bateau d’Irlande. Il précise d’ailleurs à sa mère : « c’est les mêmes que Stonehenge, j’ai pensé que ça ferait ton sur ton ». Stonehenge se situe juste en-dessous du Pays de Galles.

Arthur et les animaux

Dans l’épisode Les Chiens de guerre, Arthur prétend que les bestioles n’ont jamais été son truc ; pourtant dans plusieurs épisodes (Le Cadeau, Polymorphie, Exsecutor, …) il semble apprécier les animaux en présence de qui il se trouve ; un petit bouc, un chat, il avoue même aimer les chiens.

Incohérence confirmée
Clairement une incohérence.

Des pierres… Mais d’où ?

Dans l’épisode Le Dernier Empereur, Arthur et Léodagan vantent les mérites de Kaamelott en disant que la forteresse est « une merveille toute en pierre d’Irlande ». Mais dans La Visite d’Ygerne, Arthur affirme à sa mère que les pierres viennent d’une carrière du Pays de Galles.

Incohérence confirmée
Un incohérence propre au Livre I. Si l’on ne tient pas compte de l’excuse du Livre I, on peut supposer que c’est la seconde version qui est la plus probable, ne serait ce que par le fait qu’on imagine mal pourquoi Arthur se serait compliqué l’existence en allant acheter 24 500 pierres (16 132 d’après Perceval dans l’épisode Sept cent quarante-quatre) qu’il aurait fallu ensuite faire venir par bateau d’Irlande. Il précise d’ailleurs à sa mère : « c’est les mêmes que Stonehenge, j’ai pensé que ça ferait ton sur ton ». Stonehenge se situe juste en-dessous du Pays de Galles.

S.P.Q.R.

Dans l’épisode Cryda de Tintagel du Livre III, Arthur exhibe son pied droit où sont marqués les initiales « S.P.Q.R » : or, cette cicatrice disparaît dans l’épisode L’Approbation du Livre IV et l’épisode Dies Iræ du Livre VI, où l’on peut apercevoir que la plante des pieds d’Arthur ne comporte aucune marque.

Incohérence confirmée
Clairement une incohérence.

Vandales

Dans l’épisode Præceptores, il est fait mention des barbares Vandales qui attaquent les peuples bretons en les prenant à revers, mais dans la réalité, les Vandales se sont installés, à leur arrivée en Europe, dans le sud-ouest de l’empire romain, en Espagne et en Afrique du nord.

Incohérence confirmée
Erreur historique, qui peut toutefois tomber sous le coup de l’excuse des anachronismes.

À droite, à gauche…

Dans plusieurs épisodes (Perceval fait raitournelle, Arturus Rex), Perceval explique des règles de jeux impliquant une maîtrise des notions de gauche et de droite ; or il avoue lui-même abhorrer « ces conneries de gauche et droite, ça veut rien dire ces machins. Selon comment on est tourné, ça change tout ! » (Ambidextrie). Il se prenait d’ailleurs pour la « fausse-patte du Pays de Galles » (donc gaucher) alors qu’il est droitier.

Incohérence confirmée
On peut toutefois, là aussi, invoquer l’excuse du Livre I

L’alliance perdue retrouvée

Dans l’épisode Lacrimosa, au tout début de l’épisode juste avant le mariage, Manilius dit à Arthur qu’il a perdu l’alliance romaine de son mariage avec Aconia qu’Arthur lui a confié ; or dans ce même épisode, quand Manilius a rassemblé le peuple Breton sur la plage et qu’Arthur prend la parole face à la foule, on aperçoit l’alliance à son doigt.

Incohérence confirmée
Cette incohérence peut s’expliquer par le calendrier de tournage, les scènes de la plage étant les premières scènes du Livre VI a avoir été tournées.

Les neiges pas tellement éternelles

Dans l’épisode Les Neiges éternelles du Livre II, Bohort déprime à cause de l’hiver, il ne supporte pas le froid, toute cette neige… Neige qu’on ne voit pourtant pas du tout quand, à la fin de l’épisode, il s’apprête à quitter le château sur ordre d’Arthur.

Incohérence confirmée
On pourrait toujours avancer l’hypothèse que le temps de préparer le voyage, la neige a fondu à la faveur d’un adoucissement passager des températures, mais c’est vraiment aller chercher loin. La cause la plus probable de cette incohérence est le planning des tournages : le Livre II n’a pas été tourné en plein hiver, donc pas de neige ! Et puis repeindre un paysage à la neige synthétique, franchement…

Arthur et la romanisation

Deux épisodes mentionnent la période où Arthur a fait ses classes dans la légion romaine, mais sont en contradiction quant aux dates. Le Secret d’Arthur affirme qu’Arthur a été envoyé en camp d’entraînement romain de dix à vingt ans, alors que dans Cryda de Tintagel son départ est situé à l’âge de six ans.

Incohérence confirmée
La seconde affirmation est la bonne, confirmée dans le Livre VI.

Monnaie commune, ou pas

Dans l’épisode L’Alliance où il est question d’expliquer à Perceval ce qui constitue une fédération, il lui est répondu en pleine Table Ronde que celle-ci a deux éléments essentiels : la défense commune et une monnaie unique. Or dans l’épisode Raison d’argentLéodagan souhaite remplir les caisses en recourant à des faux-monnayeurs, il est expliqué que la Carmélide possède sa propre monnaie.

Incohérence confirmée
Incohérence manifeste. Il est assez probable que les monnaies de l’époque n’avaient aucune valeur numérique comme nos monnaies contemporaines : on parlait de pièces d’or et pièces d’argent plutôt que de pièces de 2 € et de pièces de 10 cents. Les monnaies étaient frappées par le souverain, la Carmélide ou l’Orcanie devaient par exemple frapper leurs propres monnaies à l’effigie de leurs rois respectifs. La fédération des royaumes et l’établissement d’une monnaie commune n’a probablement rien changé à la valeur de l’argent, simplement la notion de qui la frappe. Au lieu de frapper chacun sa propre monnaie, les différents royaumes utilisent désormais la monnaie frappée par le royaume de Logres, à l’effigie d’Arthur et non du roi local. En toute logique donc, la Carmélide devrait utiliser la même monnaie que Logres.

Incohérences partielles

Perceval, Karadoc et les angles

Dans le tout premier épisode pilote, La Carte, Perceval et Karadoc savent ce qu’est un angle ; or dans le Livre III, Unagi III, les deux chevaliers affirment ne pas le savoir.

Incohérence partielle
L’incohérence vient d’une affirmation de Perceval dans un épisode pilote ; par principe, un pilote est indépendant de la série, il n’est là que pour donner une idée à un éventuel producteur de ce qu’il est envisageable de faire. Les éléments contenus dans les pilotes ne devraient donc pas être pris en compte : ils ne sont pas prévus pour être cohérents avec une suite qui n’existe pas encore. En admettant que l’on ignore le statut d’épisode pilote, on remarque que Perceval connaît une définition du mot « angle », mot qui a plusieurs significations dont certaines qu’il ignore. Il réplique même à Karadoc que les Angles sont un peuple, preuve qu’il a retenu la leçon de La Carte ; mais il n’a apparemment pas compris qu’un mot peut avoir plusieurs significations. Cela sera confirmé par la suite, voir La Poétique.

Karadoc et les choses de l’amour

Dans l’épisode Le Tourment du Livre I, on voit Karadoc voulant prendre un bain afin de séduire une femme qu’il a rencontrée. Or à partir du Livre II, il est marié à Dame Mevanwi avec qui il a plusieurs enfants.

Incohérence partielle
On peut interpréter de plusieurs façons. La dame en question peut tout simplement être Dame Mevanwi ; on en est aux débuts de Kaamelott, et cela peut constituer les premiers rapprochement entre le nouveau chevalier et la femme avide de pouvoir et de prestige qu’est Mevanwi. Cela peut aussi être une amourette passagère du seigneur Karadoc, même si cela ne colle pas vraiment avec le personnage que l’on connaît des Livres suivant, pas vraiment intéressé par les femmes, ni par les bains d’ailleurs ; le fait que le nom de Mevanwi ne soit jamais cité durant l’épisode laisse planer le doute. Et encore une fois, le cas particulier du Livre I incite à prendre à la légère cette potentielle incohérence, le débat reste ouvert !

Perceval et les mathématiques

Dans l’épisode du Livre I La Retraite, Perceval veut prendre sa retraite et, sur la proposition de Karadoc de faire « 3 jours de voyage, 3 jours chez lui et 3 jours de voyage retour » à Kaamelott pour travailler 3 jours à la quête du Graal, Perceval calcule qu’il devrait travailler 3 jours tous les 28 jours, ce qui est mathématiquement faux. Or on apprend par la suite dans l’épisode Sept cent quarante-quatre du Livre II qu’il est surdoué en mathématiques, même s’il avoue ne rien comprendre aux dates. Mais dans d’autres épisodes concernant les jeux du pays de Galles, on voit un Perceval qui confondrait trois et deux…

Incohérence partielle
Perceval est un personnage très complexe ; il est capable de compter sept cents ennemis d’un coup d’œil mais ne comprend rien aux dates, ne comprend pas les métaphores et les symboles mais effectue des calculs de tête à une vitesse impressionnante, se montre capable d’expliquer les règles de jeux que personne ne connaît ni ne comprend mais se trompe dans le nombre de joueurs nécessaires… L’erreur du compte des jours de voyage pourrait s’expliquer par le fait que l’on mélange calcul et dates, ce qui chez Perceval est la recette pour obtenir une bêtise. L’ « excuse » du Livre I ne tient pas vraiment car des comportements étranges sont présents dans les Livres suivants, par exemple dans Le Dernier Recours lorsque le Tavernier tente de lui expliquer ainsi qu’à Karadoc qu’ils creusent leur dette au lieu de la rembourser… La réponse la plus probable semble être la nature paradoxale et incompréhensible de Perceval et sa singulière aptitude à mélanger des compétences extraordinaires avec une naïveté tout aussi incroyable.

La Dame du Lac aux fourneaux

Dans l’épisode La Révoquée, la Dame du Lac, alors tout juste bannie de son plan astral par les dieux, explique à Arthur qu’elle ne sait « ni boire, ni manger, ni [s’]habiller ». Or, dans La Grotte de Padraig, cette dernière offrait un gâteau au roi, le partageant finalement avec lui à la fin de l’épisode.

Incohérence partielle
Incohérence partielle, car outre l’excuse du Livre I, on peut expliquer cela par le changement de plan : la Dame du Lac est incapable de se nourrir ou de s’habiller sur le plan terrestre, mais il en va probablement différemment dans son plan d’origine.

Guenièvre et la loi de Régence

Dans l’épisode La Roche et le fer, Guenièvre dit connaître parfaitement les lois bretonnes, notamment celle qui dispose que lorsque le royaume se retrouve sans roi, c’est à la reine de choisir un régent. Pourquoi dans ce cas engager un jurisconsulte pour chercher cette loi ?

Incohérence partielle
Cette incohérence revient très souvent, et pourtant elle possède une réponse évidente. La loi semble inconnue de ceux qu’elle concerne, mais Guenièvre la connaît et l’on peut supposer que c’est également le cas d’Arthur ; or si ce dernier a tout intérêt à se taire pour laisser ses camarades pédaler dans la semoule comme il prend plaisir à le faire, on peut se poser la question pour Guenièvre : mais qui donc irait lui demander son avis ? Personne ne lui attribue la moindre compétence dans tout ce qui touche de près ou de loin l’exercice du pouvoir, comme le confirme Bohort dans l’épisode Le Renoncement 1ère partie ; et puisqu’en effet, tout cela ne l’intéresse pas spécialement, il n’y a guère de raison pour elle de s’en mêler, ce qui risquerait de lui attirer d’avantage de mépris que de considération.

Azenor ou pas Azenor

Dans l’épisode La queue du scorpion, Azenor est citée parmi les maîtresses d’Arthur ; or elle ne devient maîtresse que plus tard dans l’épisode Azénor.

Incohérence partielle
Incohérence partielle car elle peut aisément s’expliquer par le calendrier du tournage, et surtout le fait que les épisodes du Livre I n’ont aucun ordre logique ou chronologique. Il est fort possible que l’épisode Azénor parle d’un évènement qui s’est produit chronologiquement avant l’épisode La queue du scorpion.

Morgane ou pas ?

Repérée par Félix : dans le Livre I, La blessure mortelle, la Fée Morgane apparaît pour conduire Arthur à Avalon pour y mourir ; or quand Arthur est réellement mourant à la fin du Livre V, la Fée n’apparaît pas.

Incohérence partielle
Incohérence partielle car outre l’excuse du Livre I, Morgane apparaît dans le Livre I justement alors qu’Arthur n’est pas mourant ; son absence dans le Livre V laisse place à l’interprétation : sait-elle que Lancelot va intervenir, ou qu’Arthur n’est pas réellement mourant ? Il est donc difficile d’affirmer que son absence est une incohérence ; mais sa présence aurait au contraire dissipé le doute… Partielle, donc !

L’entretien des sinus

Repérée par Ben Away : dans le Livre II, Mater dixit, on apprend qu’Ygerne s’occupait bien des sinus d’Arthur dans sa jeunesse (cures, inhalations…). Or Arthur n’a pas été élevé par Ygerne mais par Anton avant d’être envoyé à Rome.

Incohérence partielle Cela pourrait être une excuse du Livre I, toutefois il est bien précisé à plusieurs reprises qu’Arthur n’a pas connu son père, n’a que très peu connu sa mère, a été élevé par Anton puis envoyé à Rome très jeune ; il est donc effectivement très peu probable qu’Ygerne ait eu l’occasion de s’occuper des sinus d’Arthur, en tout cas pour au point de l’envoyer en cure… L’incohérence ne doit son statut de partielle qu’à l’explication la plus probable : l’épisode Mater dixit est l’un des rares épisodes de Kaamelott qui n’ait pas été écrit par Alexandre Astier, mais par Lionnel Astier.

L’âge de Merlin

Repérée par lapoulette : dans les Livres I à V Merlin, qui est âgé de plusieurs siècles, apparaît grisonnant avec une barbe grise tirant sur le blanc. Or dans le Livre VI, soit 15 ans avant Kaamelott, il a rajeunit comme tout le monde…

Incohérence partielle Il semble que cela soit en partie volontaire : quelqu’un a déjà posé la question à Alexandre Astier sur Twitter, à quoi il a répondu « Pareil pour Yoda ». Et effectivement, dans l’univers de Star Wars, il est supposé ne s’écouler que 15 ou 20 ans entre les deux trilogies ; or le personnage de Maître Yoda a nettement rajeunit dans la seconde trilogie… Comme Merlin. On pourrait également arguer que l’orgine mi-démonique du druide lui donne une réaction bizarre à la vieillesse, alternant des périodes grisonnantes et des périodes plus « jeune », mais c’est peut-être un peu capillotracté (Haha) (Ahem). Tout cela reste des justifications a posteriori et pas une véritable explication, donc : incohérence !

Fausses incohérences

Guenièvre et les choses de l’amour

Lors de leur escapade forestière, Guenièvre et Lancelot se rendent compte que ni l’un ni l’autre ne sait comment s’y prendre pour accomplir la chose. Or Guenièvre a eu à plusieurs reprises des explications à ce sujet, notamment par Demetra, Azilis et Tumet (La Ronde II) ; elle dit d’ailleurs (La pâte d’amande) que « les choses de l’amour, je m’assois dessus, et encore, je parle au figuré », ce qui laisse penser qu’elle a tout de même une bonne idée de la marche à suivre.

Fausse incohérence
Lors de la scène avec Lancelot, Guenièvre ne dit pas qu’elle ne sait pas faire, elle dit bien qu’on lui a expliqué une fois, référence à l’explication des maîtresses, mais qu’après tout, c’est comme pour le cheval : on peut l’expliquer comme on veut, mais au bout d’un moment, pour savoir faire du cheval, il faut faire du cheval. Guenièvre sait comment faire, du moins dans les grandes lignes, mais n’ayant aucune pratique dans le domaine elle peut difficilement prendre les devants et éduquer Lancelot…

Et vous ?

C’est tout ? Probablement pas ! Partagez vous aussi vos découvertes, via les commentaires ci-dessous ou sur le forum !

110 réponse à “Les incohérences

  1. Bubu dit :

    Bravo pour ce travail et votre remarquable coup d’oeil mais qui n’ enlève rien à la qualité de la série. Pour une série de la sorte, il est difficile de ne pas éviter les incohérences.
    Pour citer quelques unes de plus :

    • Dans l’épisode La Réaffectation du Livre IV, Léodagan et dame Séli se disputent sur la notion de réussite de la mission de surveillance en poste avancé de Yvain et Gauvain. Séli réplique qu’ils ont réussi seulement à cause du fait « qu’il y a pas de tentative d’invasion », or dans l’épisode « Drakkars! » ces derniers se font réprimander car ils n’ont pas donné l’alerte suite à l’apparition de drakkars vikings sur la partie de côte qu’ils sont censés surveiller. Incohérence qu’on peut qualifier de partielle sur le plan narratif car finalement à part longer les côtes bretonnes, on peut supposer que les Vikings n’ont pas accoster du fait qu’ils ne sont plus mentionnés dans les autres épisodes du livre IV. On peut également y voir une erreur historique volontaire, l’une des bases de Kaamelott, comme vous le soulignez, est l’anachronisme, du fait de la mention du peuple Viking. Peuple nordique fait de commerçants et de pillards dont les sources ne mentionnent les raids qu’à partir du VIIIe siècle.
    • Dans l’épisode Praeceptores du livre VI, il est fait mention des barbares Vandales qui attaquent les peuples bretons en les prenant à revers, mais dans la réalité, les Vandales se sont installés à leur arrivée en Europe, dans le sud-ouest de l’empire romain, en Espagne et en Afrique du nord.

    Certaines incohérences sont entrainées par des problèmes de production, comme un retard sur le planning par exemple. Les erreurs suivantes ont été engendrées de cette façon :

    • Lors de la première diffusion de l’épisode Le Sauvetage du Livre IV, lorsque le roi et son équipe attaquent par surprise le camp de Lancelot et que Arthur menace l’un des gardes avec Excalibur, son épée ne flamboie pas comme à son habitude car les effets visuels n’avaient pas eu le temps d’être ajoutés. Ceci a d’ailleurs été corrigé dans l’épisode sur DVD vidéo.
    • Lors de la diffusion du « prime-time » de la seconde partie du Livre V le 5 novembre 2007, l’une des phrases d’introduction a été incorrectement rédigée, situant l’action au Ve siècle avant Jésus-Christ (au lieu du Ve siècle après Jésus-Christ).
    • Dans la dernière scène de l’épisode 9 du Livre VI, Dies Iræ, on aperçoit en bas à droite de l’image un ventilateur à moitié caché derrière une plante et qui permet à la robe d’Aconia que tient Arthur de flotter au vent.
    • Du fait du déroulement chronologique de l’histoire de Kaamelott, certains épisodes requièrent la connaissance d’épisodes antérieurs pour pouvoir être compris. Néanmoins, il est arrivé que la diffusion d’épisodes dans le mauvais ordre entraîne des incohérences et des révélations prématurées.

    • L’épisode du Livre IV Le Traitre révélant que Galessin a trahi la couronne de Bretagne a été diffusé après l’épisode L’Ascension du Lion, dans lequel cette information est explicitement utilisée.
    • Plusieurs incohérences résident dans l’ordre des épisodes relatant la mission de surveillance côtière d’Yvain et Gauvain, dans le Livre IV. L’épisode Le Grand Départ, qui démarre l’arc narratif, a été en effet diffusé après l’épisode Les Tuteurs II, qui montre l’installation des deux compagnons dans la tourelle. De même, l’épisode Drakkars !, qui montre les amis, assiégés par des Vikings, dans la tour de guet, a été diffusé après La Réaffectation, qui traite de leur changement de mission.

    (Source Allociné)

    1. Askelon dit :

      Merci ;)

      L’incohérence des Vandales est déjà notée dans la page :) Je comptais faire une section un peu plus tard sur les erreur de production et de raccord, il y a une discussion qui traite de cela sur le forum en ce moment justement.

      Pour ce qui est de l’histoire de garnison des Petits Pédestres, c’est surtout du à l’ordre de diffusion télé en fait, avec les DVD le problème ne se pose plus, d’autant que contrairement à ce qui est dit sur Allociné, leur aventure ne commence pas dans l’épisode Le Grand Départ mais dans Les émancipés ; tout semble donc coller !

      Reste le coup de l’invasion Viking, que je n’ajoute pour le moment pas puisqu’effectivement, aucun mot n’est dit là-dessus par la suite, on ne sait pas s’ils ont débarqué ou non…

    2. Manon dit :

      Je ne sais pas si cela a déjà été mentionné ou si j’ai tort mais il me semble qu’il avait promis, dans le livre VI, à sa première femme de ne jamais la tromper avec la reine, or quand Arthur change d’épouse il couche avec Mevanwi il me semble…

      1. Marion dit :

        Sans doute d’Aconia ne prévoyait pas cet échange d’épouses qui, en soi, n’est pas vraiment un mariage puisqu’il qu’il n’est même pas célébré dans les conditions imposées par les lois de Vannes.
        Cette incohérence n’est donc que très partielle.

    3. 2fre33 dit :

      la nuit ou il casse la figure de l’officier romain, c’est le soir a prés que l’on questionne hartur au senat, pourtant le lendemain un des senateurs vient lui demander ce qu’il se rappelle et c’est la qu’il se rappel de merlin, pourtant hartur dit « desolé de ne pas avoir pu vous renseigner plus TOUT A L,HEURE » alors que c’etait la veille!!!

  2. Alex dit :

    Juste une petite précision: si Kaamelott a bien été construit avec les mêmes pierres que celles de Stonehenge, alors elles sont certainement originaires du Pays de Galle même ci ce site ne s’y situe pas. Il a en effet été prouvé que les pierres bleues du cercle intérieur de Stonehenge étaient originaire de l’extrême Ouest du Pays de Galle. Elles auraient donc parcouru plus de 240 km(ce qui est, soit dit en passant, un exploit pour l’époque).

    1. Viviane dit :

      Une réminiscence érudite plutôt dans le livre I. D’après un texte médiéval, Merlin a construit Stonehenge du temps de Pendragon en faisant venir par magie des pierres d’Irlande. AA a dû oublier cette référence par la suite, ou opter pour une version plus réaliste.

  3. Kelk1 dit :

    Super travail, je voulais juste apporter une autre erreur que j’ai remarqué. Ce n’est pas une grande erreur mais je souhaitais la souligner tout de meme.
    Dans le Livre VI (episode « arthurus rex »), On voit arthur qui saute de la barque – Cette scene est clairement représentée comme le premier pas d’arthur en bretagne (enfin il me semble) – or, on voit du sable sous ses chaussures.

    1. Askelon dit :

      C’est une barque de pêcheur visiblement : sable déjà présent dans le fond de la barque ?

    2. chris dit :

      dans le dernier épisode de la saison VI, on peut s’apercevoir que la marque SPQR à disparue sous le pied d’Arthur quand Venec le met dans la barque pour le sauver de Lancelot !

  4. Eric dit :

    Dans l’épisode 38 du livre II « Le larcin » , Arthur se fait voler Excalibur et dans l’épisode 19 du livre III « L’ivresse II » on apprend que « Excalibur revient toujours à l’élu »

    1. Askelon dit :

      Exact : d’ailleurs au final, il récupère bien Excalibur : pas d’incohérence donc, elle est revenue à l’élu :)

      1. Franck dit :

        Si justement cela soulève une incohérence. Dans l’épisode « L’ivresse II » l’épée revient automatiquement vers Arthur, ce qui n’est jamais le cas dans tout le reste de la série =/.

        Super dossier btw !

  5. chachasan dit :

    Morgane est citée comme sœur de Viviane, la dame du lac. Dans la légende Morgane est la demi sœur de Arthur. C’est la fille de Ygerne et de Gorlais, duc de Cornouailles. Elle est la sœur de Anna (aussi appelé Morgause)

    1. Askelon dit :

      Effectivement, mais c’est plus une interprétation/liberté prise par rapport à la légende qu’une incohérence à proprement parler :)

  6. dim50 dit :

    En y réfléchissant, je viens de trouver une autre incohérence, dans « Lacrimosa » (Livre VI):
    – avant la grande « réunion » dirons nous sur la plage avec les Romains et le peuple pour soit-disant sceller l’alliance, Manilius se voit obligé de réunir un maximum de Bretons en une demi-journée. Et au final, Pellinor est présent, alors que Perceval nous apprend dans « La retraite » qu’il y a trois jours de voyage de Kaamelott (et donc la plage qui est encore plus au Sud) et le Pays de Galles.

    1. Hrolfr dit :

      Effectivement, sur la plage est aussi présent Kadoc le frère de Karadoc, qui est sensé se trouver à Vannes c’est à dire en Bretagne continentale. De plus personne ne connaît Kadoc, puisqu’il est présenté pour la première fois à Arthur bien après la construction de Kaamelott.

    2. Broques dit :

      Après, Pellinore est au mariage d’Arthur, c’est là qu’il dit que Perceval est adopté. Du coup, il est déjà sur place.

  7. Meynna dit :

    Dossier super intéressant !
    Je crois en avoir trouvée quelques unes qui ne sont pas citées :
    Dame Séli, dans l’épisode 1 de la saison IV, dit que dans la vie on fait pas toujours ce qu’on veut (et qu’on lui a collé un cornichon etc.) en parlant du mariage. Or, elle dit (je crois dans la saison VI) qu’elle est heureuse qu’on ne lui ait pas fait un coup pareil (en parlant du mariage arrangé de sa fille) après que Guenièvre ait appris par mégarde que le mariage entre elle et Arthur ait été arrangé. Ce qui conduit à une autre incohérence il me semble, puisque dans la saison 6, Guenièvre sait que ce n’est pas un mariage d’amour étant donné qu’elle en parle avec sa famille et qu’on lui explique que c’est politique et du coup elle consent à faire un effort.

    Caius dit (dans la saison VI) qu’il veut s’installer en tant que seigneur breton, avec sa femme et ses enfants (parce que c’est tout ce qui compte pour lui); cependant il apparaît toujours seul dans les autres saisons (même quand il est seigneur breton).

    Désolée pour le manque de précision, je ne retrouve plus les épisodes (je l’ai vu sur des dvds ne m’appartenant pas).

  8. Flo dit :

    Super dossier. Pas vraiment une incohérence (ou vraiment une plus qu’énorme)
    je me demandais qui était la petite fille qu’Arthur accompagne voir le spectacle de marionnettes, discrètement. Pour moi c’était sa fille, mais vu qu’il ne trouve aucune descendance à la fin du livre 5…

    1. Askelon dit :

      Ça pourrait, mais je crois que c’est la fille de Karadoc et Mevanwi ;)

      1. Flo dit :

        Merci pour la réponse!

        Du coup, je ne vois pas bien l’intérêt d’une telle scène… Ce qui ne m’empêche pas d’adorer cette série.

        1. Askelon dit :

          Ça montre que, dans le Livre II déjà, l’absence de descendance pèse lourdement sur Arthur, et peut-être aussi l’absence de sa propre enfance. Les enfants de Karadoc et Mevanwi le considèrent comme leur tonton, et son comportement avec eux fait penser qu’ils sont un peu les enfants qu’il n’a pas…

          Il retourne voir le spectacle autant pour lui-même que pour la fillette, je pense, comme si ça compensait un peu le fait qu’il n’ait pas d’enfant lui-même :)

          1. Aurélie dit :

            Moi aussi je vois ces enfants comme les enfants qu’il n’a pas, qu’il aimerait avoir, et aussi comme une échappatoire vers une vie « normale », sans Excalibur et sans pays à gouverner …
            En passant, les enfants qu’on voit dans la série (les 2 filles dans cet épisode, le jeune Arthur et son fils « imaginaire » dans les saisons 5 et 6), ce sont les enfants d’Alexandre Astier :)

            1. AJA dit :

              Enfait je pense que c’est bien plus simple que ça. lors de cet épisode, Arthur comprend (par le spectacle de pupi) qu’il n’est pas uniquement le héro des Dieux, mais aussi le héro du peuple ce qui, à mon avi, le touche profondemment. Pour garder une certaine fierté, Arthur se sert de la petite fille (fille de Karadoc et Mevanwi probablement) pour faire rejouer les pupi.

  9. Flo dit :

    En effet, n’empêche, je trouvais ça plus touchant que ce soit ça fille cachée! Mais c’est vrai que dans la saison 3, l’épisode de la bataille de bouffe avec Perceval et Karadoc corrobore son côté enfantin. L’épisode où il joue seul avec la bouffe également d’ailleurs. Allez je valide, merci mec!

  10. Spike dit :

    Salut à tous, je découvre le site, et la section : beau boulot.

    Une note concernant les monnaies et leur incohérence quant à la « monnaie commune » et les « monnaies locales », comme précisé déjà sur l’article, les pièces n’avaient pas de valeur « chiffrée » (pièce de 1, de 3 ou de 25 non) mais bien une valeur d’or/ d’argent / cuivre / platine ou autre matière précieuse : il est à noter que dans l’histoire, ou dans les mondes fantastiques, plusieurs monnaies différentes co-éxistent très fréquemment. Je penses (à mon humble avis) que la monnaie commune frappée par Kaamelott (l’autorité suprême) soit venue EN PLUS des monnaies frappées localement par les régions, facilitant les transactions mais ne remplaçant pas forcément les monnaies locales (ou alors, c’est quelque chose qui se fait peu à peu, et qui pourrait prendre des années !) de plus, nous connaissons tous la réticence qu’as Léodagan face à toute forme de ‘partage’ financier, il aurait pû continuer de faire circuler sa monnaie en même temps que celle de Kaamelott (il as plusieurs fois pris des décisions qui montrent que son respect des lois « globales » du Royaume de Logres a de nombreuses limites.

    Pour finir, je vais répondre à Flo :
    Ce n’est pas une incohérence, c’est bel et bien un des enfants de Karadoc (il faudrait vérifier, mais je penses qu’il doit exister une incohérence quant à leur NOMBRE) qu’Arthur emmène pour demander à revoir les « puppies » (spectacle de marionnettes) autant pour la compagnie d’enfants, que parce qu’il n’avait peut être pas envie de demander une nouvelle séance pour lui-même (Le roi Arthur d’Astier est très carré sur l’image de lui-même -ou de ses chevaliers- qu’il renvoie à son peuple), je penses qu’il revient pour revoir cette animation amusante de la Table Ronde, mais qu’avec un enfant « ça passe mieux ».

    Encore merci et BRAVO pour ce super site !

  11. L dit :

    Bonjour à tous !

    Je me permet de venir ajouter mon grain de sel.

    Plus qu’une incohérence, je tenais surtout à souligner un faux raccord dans le Livre VI, lorsque Berlewen reviens vers le campement des Bohorts, cette dernière perd à moitié son manteau, or un plan sur deux, la veste reviens sur ses épaules. Ceci est dû au tournage, car les scènes de dialogues sont tournés en deux temps, de manière à ce que chaque acteur fasse ses répliques, soit afin de mieux « capturer » le son de chaque protagoniste sans avoir à faire de mouvement de perches, soit car une seule caméra était disponible et le champs/contrechamps n’était pas faisable, dans les deux cas ceci à l’avantage de pouvoir faire plusieurs prises.

    Sinon j’avais d’autres incohérences mais là tout de suite je les retrouve plus, je repasserais donc vous laisser un autre commentaire quand ces derniers me reviendrons.

  12. L dit :

    Je reviens vers vous car j’ai retrouvé une incohérence ! (si vous voulez « fusionner » les deux commentaires y a pas de soucis)

    Cette incohérence est interne au Livre V, où il est précisé à plusieurs reprises que l’épée est replanté pour une durée d’une semaine, dixit le Roi Arthur lui même, or dans l’épisode III Vae Soli chapitre I Les dauphins, Dame Mevanwi dit « À force de tirer dessus tirer dessus … Depuis des semaines et des semaines que tout les nigauds du continent s’acharnent nuit et jours … »

    Alors, selon-vous, incohérence ou expression courante ?

    Je me permet de réagir concernant quelques unes de vos incohérences :

    1) Karadoc et les choses de l’amour : Vous évoquez une cohérence partielle, or à mon avis il y a belle et bien une incohérence, en effet votre théorie soumettant l’idée que la Dame en question pouvait être Mevanwi tenait jusqu’au Livre VI, en effet lors du Mariage d’Arthur, Karadoc et Mevanwi se côtoient déjà et il est même déjà question de mariage … Maintenant il est toujours possible de dire qu’ils ont continué de « fleurter » entre ces épisodes, mais il y a tout de même 15 ans entre les deux.

    2) Les règles du Cul-de-chouette : Je ne suis pas d’accord avec vous quand au fait que l’excuse du livre I peut-être soulevée. En effet dans l’épisode Perceval et le Contre-Sirop, lorsque le Tavernier propose un cul-de-chouette, Perceval demande « Un cul-de-chouette ? C’est le jeux de l’autre fois avec les dés ? », ce qui d’une part prouve que le livre n’est pas totalement en incohérence avec la suite, d’autre part qu’il ne sait toujours pas y jouer.

    Voilà si j’en trouve d’autre je vous les postes ;)

  13. Félix dit :

    Dans le livre I la fée morgane apparait lorsque Arthur risque de mourir. Or dans le livre V elle n’apparait pas à la fin.

    1. Askelon dit :

      Excuse du Livre I je dirais, mais je rajoute ;)

      1. professeur krys dit :

        Morgane est censée venir chercher Arthur, mortellement blessé au combat pour l’emmener à Avalon. Or, la tentative de suicide n’est pas une blessure de combat. Par ailleurs, Arthur, dans le livre VI, insiste auprès du Père Blaise pour que son suicide ne figure pas dans la légende. Sans en avoir honte, il estime que le suicide n’est pas un acte héroïque. On peut donc imaginer que Morgane n’est censée intervenir que dans le cas d’une mort non seulement imminente, mais aussi héroïque.

  14. 2110 dit :

    Ave les gens,

    Quelques incohérences non citées :

    1) Le tavernier finit par reconnaître Arthur sur les pièces de monnaie (épisode 1 – 71 : Un roi à la taverne) or personne dans l’entourage du roi n’est capable de le reconnaître sur ces mêmes pièces (épisode 2 – 04 : le portrait).

    2) Dans l’épisode 3 – 19 : L’ivresse II, Lancelot remet en cause l’existence de la dame du lac (« la dame du lac, on la voit jamais ! ») alors qu’il la vue récemment apparaître dans la salle du trône (épisode 2 – 63 : Aux yeux de tous).

    3) Une énormité assumée et nécessaire pour les besoins de la série, mais qui n’a pas été mentionnée ici : Romains et Bretons parlent la même langue ?! (cf Livre VI sur la plage par exemple)

    4) Une sorte de faux-raccord : Dans l’épisode 1 – 66 : Les clandestins, vers 0:58 lors du changement de scène, le fond musical n’est pas coupé. Donc il a été ajouté par-dessus après (comme on s’en doute).

    Valà, les autres que j’avais trouvées ont déjà été répertoriées.

    – 2110 –

  15. dszj dit :

    Je ne comprends pas, dans l’épisode 5 de la saison 6 (jizô), comment le roi loth et sa femme sont au courant qu’Arthur est à la taverne des deux renards.
    Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

    1. dszj dit :

      (Edit : je voulais dire saison 5 épisode 6)

  16. Ben Away dit :

    Gros dossier, gros boulot ! Bravo !
    Juste pour signaler une erreur de raccord dans le Livre II, Mater Dixit, lors de changements de plans, Lancelot est tantôt assis, tantôt debout. Dans ce même épisode, une incohérence : on y mentionne le fait qu’Ygerne s’occupait bien des sinus d’Arthur dans sa jeunesse (cures, inhalations…) alors qu’il était à Rome et ne semble pas se souvenir de sa mère dans le livre VI. Cette incohérence s’explique à mon avis par le fait que l’épisode n’a pas été écrit pas AA mais par Lionnel Astier.

  17. Franck dit :

    Vraiment un très bon dossier, complet et bien écrit ! Bravo.

    Moi j’ai un problème avec la fin de la saison 6.

    Comment, en 15 ans, la robe d’Aconia a pu rester sur le toit d’une maison ? C’est vraiment un tout petit truc mais si ça me gêne tant c’est que je ne comprend pas comment AA a pu l’écrire sans se poser de soucis… Ca ne gêne personne d’autre ?

    1. Askelon dit :

      Merci ;)

      Je pense que cette dernière scène est un OVNI dans le corps de la série, il ne faut pas chercher à la faire coller avec le reste mais plutôt la voir par son côté symbolique. La musique − clin d’œil à De Funès − ou le lit où Arthur se repose et qui semble propre et bien fait avec des draps plutôt anachroniques d’ailleurs, tout ça ne va pas, la robe toujours présente fait partie des détails qui me font regarder cette scène autant comme une scène « réelle » (Arthur se souvient du jour où il a retiré l’épée du rocher) que comme une conclusion symbolique de la série :)

      1. Raphaelle dit :

        Bonjour! et bravo pour le site!

        En fait j’aimerais que vous m’en disiez plus sur ce clin d’oeil de la musique de cette scène à L. de Funès. Je n’ai pas forcément vu tous les films de De Funès, alors je n’ai sans doute pas fait le lien, mais ça m’intéresse bcp d’en savoir plus parce que la scène finale du livre VI est ma scène préférée de toute la série, notamment pour sa musique, qui me transporte littéralement chaque fois que je vois cet épisode :-)

        Merci d’avance!!

        1. professeur krys dit :

          La musique de la dernière scène de kaamelott livre VI est empruntée à « Jo », un film comique avec Louis de Funès. Elle est écrite par Raymond Lefèvre. C’est une merveille

  18. serre dit :

    Bonjour,
    Dans Karadoc et les choses de l’amour ,on pense qu’il s’agit de Mevanwi mais dans le livre VI Karadoc nous dit qu’il va se marier avec Mevanwi devant Lancelot qui est tomber amoureux de Guenièvre lors du mariage « arrangé » entre Arthur et Guenièvre .

    1. Askelon dit :

      Excuse du Livre I je dirais, mais j’ajouterais quand même, merci !

  19. Max dit :

    Dans le livre III Tome II l’épisode Le Trophée Perceval dit à un moment « c’est celui qui se promène avec des escalopes de dinde et une jolie fille « donc on pourrai penser qu’il parle de Karadoc et Mevanwi alors que dans toute la série Perceval ne s’entend pas du tout avec Mevanwi et va même jusqu’à l’insulter « de truie » et aussi « j’ai jamais vu un cageot pareil  » .

    1. Askelon dit :

      Il parle d’un chevalier dont il n’arrive pas à se souvenir, Dagonet, et tente une description physique bizarre… Or Karadoc il le connait carrément, peu de chance que ce soit lui dont il est question. D’ailleurs il est précisément question d’escalopes enroulées dans de la salade, je doute que Karadoc approuve ce genre de dérive culinaire ;)

  20. Will dit :

    Je viens de finir les 6 livres… A aucun moment la dame du lac demande à arthur de construire la table ronde et de trouver le graal, elle lui demande juste de retirer excalibur afin de devenir roi.

  21. anne onime dit :

    Je ne sais si quelqu’un a déjà remarqué, dans la série des faux raccords : saison 6, épisode Nuptiae, fin de la scène des toilettes publiques. Arthur demande à un garde d’aller acheter une tunique pour César. Le garde revient avec une tunique blanche, puis Arthur confie son armure à César pour porter la tunique blanche.
    César sort des toilettes en armure (qui ceci dit ne doit pas vraiment être à sa taille, bref…) alors qu’Arthur ressort dans la tunique verte et marron qu’il porte habituellement à la caserne.

    1. 2110 dit :

      Du coup, où est le problème ? Le tenue souillée est peut-être portée par un garde arrière de César.

      1. anne onime dit :

        C’est juste un faux raccord…
        Arthur porte une tunique rouge sous son armure, Cesar une tunique souillée.
        Arthur demande à l’un des gardes d’aller chercher une tunique, ce dernier revient avec une tunique blanche toute neuve toute propre.
        Cesar ressort des toilettes avec l’armure complète, incluant la tunique rouge. Les gardes ressortent dans leur tenue complète (tunique, armure et tout le tremblement). Et Arthur, qu’on attendait en tunique blanche toute neuve, ressort dans sa tenue de la caserne.
        Je pense que c’est une petite erreur due tout simplement à l’enchaînement des tournages, qui n’a pas été éliminée au montage.

  22. Limmilkki dit :

    Je n’ai pas les noms des épisodes exacts (je les donnerais si je tombe sur des épisodes qui servent d’exemple), mais de mémoire, il y a une incohérence :
    Dans la plupart des épisodes, Karadoc et Perceval ne savent pas lire, cependant, il me semble que dans un ou deux épisodes ils lisent quelque chose (un parchemin?)!

    Si quelqu’un a des précisions en tête? Ou peut etre que j’invente ^^

    En tout cas superbe dossier!

    1. Askelon dit :

      Merci ;)

      Pour l’incohérence de la lecture, elle est bien signalée dans le dossier, juste ici ;)

  23. Lawand dit :

    Dans l’épisode du Livre III-07 Le Deserteur : Caius dit qu’il est en bretagne depuis 17 ans.
    (or dans le Livre VI il est à Rome avec arthurus et quand arthur débarque en bretagne Caius est toujours à Rome)

    Dans le Livre V-Vae Soli ! : Léodagan dit au duc d’Aquitaine « ça fait 25 ans qu’on vous a pas vu… » (le « on » peut etre attribué à Léodagan et Seli et non Arthur, ok, mais ça peut aussi sous-entendre que arthur était déjà roi il y a 25 ans)
    Dans le Livre V-Le Phare : sur la plage Arthur dit au pêcheur que ça fait 15 ans qu’il a débarqué de Rome sur cette plage (Donc la construction du chateau, plus les 5 Livres s’étendraient sur 15 ans seulement ?)

    Dans le Livre VI on se trouve 15 avant Kaamelott (sous-entendu avant la construction du chateau ou bien sous-entendu avant le Livre V ?)

    -Combien de temps ont-ils mit pour construire Kaamelott ?
    -Combien de temps y a-t-il entre le début du Livre I et la fin du Livre V ?

    Sinon excellent dossier, merci à vous.

  24. 2110 dit :

    @Lawan : Je propose une chronologie pour remettre toutes tes infos dans l’ordre. Les valeurs que je donne sont des exemples pour que le tout reste consistant.

    Supposons que l’an N soit l’année de la fin de construction de Kaamelott.
    Supposons aussi qu’entre l’idée des sénateurs romains de conquérir « une moitié de Bretagne » et l’avènement d’Arthur, il se passe 1 an.
    Nous pouvons avoir la chronologie suivante :

    N-17 : Dernière rencontre entre Léodagan et le duc d’Aquitaine
    N-15 : Arthur monte en grade dans l’armée romaine (livre VI)
    N-14 : Arthur devient roi et entame la construction de Kaamelott
    N-12 : Caïus est envoyé en Bretagne
    N : La construction du château s’achève et le livre I commence.
    N+5 : Caïus est en Bretagne « depuis 17 ans » (livre III)
    N+8 : Léodagan se rappelle de sa dernière rencontre avec le duc il y a de ça 25 ans (livre V)
    N+8 : Arthur, préoccupé par son périple et sa recherche de descendance, affirme au pécheur qu’il est arrivé il y a 15 ans, mais ça fait en réalité déjà 22 ans.

    Et hop, finies les incohérences !

    Pour répondre à tes questions, on peut donc supposer que Kaamelott a été construit en 14 ans et que 8 ans s’écoulent entre le début du livre I et la fin du livre V.

    1. Lawand dit :

      Merci pour cette hypothèse chronologique très explicite ! On y voit déjà plus clair.

  25. dszj dit :

    Je recopie mon message posté en avril mais resté (sans réponse) :

    Je ne comprends pas, dans l’épisode 6 de la saison 5 (jizô), comment le roi Loth et sa femme sont au courant qu’Arthur est à la taverne des deux renards.
    Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ? Est-ce une incohérence ?

    1. Askelon dit :

      Très bonne question à laquelle je n’ai personnellement pas de réponse… Incohérence, je dirais non car on peut imaginer une foule d’explications possibles, mais aucune n’est fournie dans la série. Le plus simple est de se dire que compte tenu des pouvoirs magiques de Loth et Anna, ils savaient par un quelconque moyen surnaturel qu’Arthur se trouvait là… Ils pouvaient également avoir des espions qui les tenaient au courant des faits et gestes d’Arthur. Ou alors ils sont passés à Kaamelott avant, et on les a renvoyé vers la Taverne…

      1. dszj dit :

        J’ai du mal à être convaincu par tes hypothèses.
        [Hypothèse 1] : La magie, ça me paraît un peu tiré par les cheveux. Surtout que, à ma connaissance, ce ne sont pas des magiciens. En effet, Loth, à la manière d’Arthur avec sa bague de contrôle des lames, ne doit son pouvoir d’électricité qu’à sa bague.

        [Hypothèse 2] : Les espions, non plus, ne sont pas très plausibles. Loth et Anna viennent d’Orcanie, c’est-à-dire à 2/3 jours de carriole. Le temps qu’un pigeon voyageur prévienne Loth et Anna puis que ceux-ci se radinent, Arthur devrait déjà être parti (vu que celui-ci ne reste qu’une nuit).

        [Hypothèse 3] : La politique phare de Léodagan, c’est la sécurité. Si Loth se ramenait devant la porte de Kaamelott, au vu du contexte, je ne vois pas comment on pourrait le laisser entrer dans la forteresse qui plus est pour lui donner une information propre à le faire conspirer (à savoir qu’Arthur est à la taverne avec Guenièvre, or, celle-ci permet à Léodagan d’exercer une régence).

  26. dszj dit :

    Quelques autres erreurs :

    (1) Dans l’épisode 2 de la saison 6, Arthur dit à Salustius « J’suis vraiment désolé de n’avoir pu vous aider plus que ça tout à l’heure » (ils parlent de la bretagne). C’est le « tout à l’heure » qui ne vas pas car Arthur fait référence à l’entrevue qu’il a eu avec Salustius lors du premier épisode de la saison 6. Or on sait qu’au moins un jour s’est déroulé entre ces deux moments puisqu’il y a eu la soirée chez Aconia .

    (2) Une autre incohérence que j’ai détecté : Loth dit (je ne sais plus exactement dans quel épisode : il faudrait retrouver la référence) que à une semaine près (ou a quelques heures, je ne me rappelle plus du détail) il aurait pu retirer excalibur si son père ne l’en avait pas empêché. Pourtant excalibur est restée plantée pendant des années…

    1. Askelon dit :

      Bonnes remarques là encore. Globalement j’ai pris le parti de ne pas aborder les questions de cohérence chronologique dans le dossier des incohérences ; j’avais commencé une liste en ce sens, mais elle s’est finalement développée jusqu’à devenir le dossier suivant sur la Chronologie de Kaamelott, où l’on s’aperçoit que globalement les durées sont assez variables et peu cohérentes dans Kaamelott ;) Si Loth vient d’Orcanie, ce n’est pas deux ou trois jours qu’il faut, mais bien deux ou trois mois… Perceval et Karadoc on mis 40 jours pour aller de Kaamelott au Lac de l’Ombre, qui est « plus haut que la Calédonie », et ils étaient à cheval ; L’Orcanie est encore plus au Nord, et Loth a voyagé en carriole, ce qui est encore plus lent…

  27. lapoulette dit :

    Dans « Merlin l’archaïque » (saison 2 épisode 56) on apprend que Merlin va sur ses 884 ans.
    Peut on m’expliquer comment un druide mi-pucelle mi-démon de cet âge là peut autant changer physiquement en aussi peut de temps.
    Je m’explique :
    -pendant kaamelott Merlin à la barbe et les cheveux longs et gris/blanc
    -pendant la saison à Rome Merlin à les cheveux et la barbe longs et marron/noir
    -dans un épisode (je ne me souviens plus duquel dsl) on voit Arthur enfant tirer Excalibur du rocher avec un Merlin cheveux courts et petit bouc marron/noir

    D’où mon problème si Merlin est certes âgé, il ne devrait pas encore le ressentir puisque il a 7 ans démoniaques donc je ne sais pas si je me fait bien comprendre mais il ne devrait pas être encore assez vieux pour changer de couleur de cheveux en « seulement » 15ans.
    voilà voilà

    1. Askelon dit :

      Il semble que cela soit volontaire : quelqu’un a déjà posé la question à Alexandre Astier sur Twitter, à quoi il a répondu « Pareil pour Yoda ». Et effectivement, dans Star Wars, il est supposé ne s’écouler que 15 ou 20 ans entre les deux trilogies, et pourtant Maître Yoda a nettement rajeunit dans la seconde trilogie… Comme Merlin :)

      Cela vaut ce que ça vaut, mais j’avoue qu’avec cette explication j’y vois plus une référence qu’une incohérence ; mais les deux se défendent, j’ajoute donc à la liste ;)

      1. Lisa dit :

        Je me permet de donner mon avis…

        Pour moi ça n’est pas une incohérence. Dans l’épisode ou l’on apprend l’age de Merlin, finalement qu’apprend on ? Que Merlin est un malin (pour moi)… Sur ce coup là, je me range plutôt à l’avis d’Arthur : bizarrement, Merlin dit qu’il a 844 ans, pile le jour où le roi annonce qu’il va filer son age en pièce d’or à ses sujet, je jour de leur anniv… Ben voyons, mon colon !

        Du coup, si on part du principe que Merlin a essayé de se payer la fiole de tout le monde… logique qu’il vieillisse au même rythme que les autres.

        Et pour ceux qui me diront, ouiiii mais il est moitié démon, tout ça… n’oubliez pas : il a plus prit de la pucelle !

  28. Tibouc dit :

    Je ne suis pas trop d’accord avec l’incohérence concernant la monnaie commune. Il est dit qu’il y a une monnaie commune en Bretagne (« pour faciliter les transactions » dit Bohort dans l’épisode L’Alliance), mais personne ne parle jamais de monnaie UNIQUE. Nuance. Donc la Carmélide, et chaque royaume, peut très bien avoir sa propre monnaie, et en même temps qu’il existe une monnaie commune utilisable sur l’ensemble du royaume de Logres.

  29. IsaN dit :

    Arthur et ses souvenirs d’enfance : Dans le Livre II épisode 32 « Mater Dixit » Arthur parle de ses souvenirs de potions que lui donnait sa mère Ygerne quand il était petit et malade. Peut-il avoir des souvenirs aussi précis et liés à des émotions évidentes ne l’ayant pratiquement pas connue?

    1. Askelon dit :

      Ce point est évoqué ;) La question est moins celle des souvenirs − certaines personnes se souviennent de choses très anciennes, d’autres pas du tout − que de la présence d’Ygerne : dans la mesure où elle n’a pas élevé Arthur, on peut se demander comment elle a pu prendre soin de ses sinus chaque hiver… La raison la plus plausible est que c’est Lionnel Astier qui a écrit l’épisode :)

  30. 2110 dit :

    Si mes souvenirs sont bons, Arthur a été envoyé à Rome à l’âge de 4 ans. Je pense que c’est assez tard pour s’être forgé des souvenirs.

    1. Askelon dit :

      L’âge le plus probable est 6 ans, repris à plusieurs reprises ; mais en effet, comme répondu à IsaN ci-dessus, l’incohérence vient moins des souvenirs ou non d’Arthur que de la présence d’Ygerne durant son enfance…

  31. Raphaelle dit :

    Merci pour la réponse! Le hasard fait bien les choses: « Jo » passe ce soir à la télévision :-D

  32. Etienne dit :

    Dans le livre V, quand Arthur et Guenièvre partent de Kaamelott à pied, ils arrivent à la taverne le soir alors qu’il sont partis tôt le matin
    Pourtant pendant toute la série, il semble que la taverne est juste à côté du château (et pas à un jour de marche !) sinon Perceval et Karadoc ne pourraient pas y aller si souvent
    Egalement dans l’épisode « Le Magnanime », le tavernier peut sentir l’odeur du bûché des condamnés par Léodagan

    De même pour la ferme de Guethenoc, que Arthur et Guenièvre mettent au moins 2 jours à atteindre à pied. Pourtant, si c’était si loin que ça, il me semble que Guethenoc viendrait moins souvent au château !

    1. Benji dit :

      La taverne n’est pas si proche que ça.
      Quand Perceval et Karadoc sont contraints d’y travailler, Karadoc explique qu’il faut faire un jour de marche pour l’atteindre et conviennent qu’il est plus simple de s’y installer désormais.

  33. 2110 dit :

    Dans l’épisode où Lancelot s’apprête à égorger Caïus dans la forêt, Arthur et Léodagan le lui présentent et Lancelot dit : « Je vous ai déjà vu à la table ronde ! ». De là, 3 curiosités :

    1. Comment un Romain, même haut-gradé, peut être invité à la table ronde ?! C’est un ennemi, n’est pas chevalier, et n’est pas impliqué dans la quête de Graal.
    2. Comment Léodagan a-t-il pu devenir ami avec lui, sachant qu’il « peut pas blairer les Romains », qui sont « tous les mêmes » ?
    3. Et quand bien même Arthur aurait fait sympathiser Caïus et Léodagan, et l’aurait autorisé à venir à la table ronde grâce à son autorité suprême, les autres chevaliers ne lui auraient-ils demandé d’où ils se connaissent ? Arthur aurait été obligé de parler de Rome…

    Autre chose : Arthur a retiré l’épée à 4 ans et a été envoyé à Rome à 6 ans. Donc il est resté 2 ans chez Antoine le « fermier-chevalier ». Dans l’épisode où Ygerne dévoile le passé romain d’Arthur, Léodagan dit qu’il le connait (Antoine) et l’apprécie (« le bon gars, quoi »). Alors comment se fait-il qu’il n’ait jamais remarqué l’absence du fils Pendragon chez son père adoptif, et n’ait jamais posé la question ?
    Et d’ailleurs, Antoine est « plus fermier que chevalier » et accueille tous les « clodos » qui frappent à sa porte : ce sont 2 aspects qui devraient horripiler Léodagan, plutôt que d’attirer sa sympathie, non ?

    1. Askelon dit :

      Beaucoup de bonnes remarques ! Sur l’épisode avec Caius (Le Reclassement) :

      1. Caius a l’air d’être un genre de porte-parole ou d‘officier de liaison, c’est toujours lui qui vient dialoguer avec les Bretons, ce qui d’un côté est logique : il connaît Arthur et sait que son passé doit rester secret, ce qui évite les bourdes qu’un autre soldat pourrait faire. On peut imaginer qu’en tant qu’émissaire d’une puissance étrangère qui en prime est supposée fédérer le pays, il peut être reçu à la Table Ronde une fois de temps à autres.
      2. Peut-être une généralité ? Il ne peut pas encadrer les romains en général, à cause de ce qu’ils représentent pour sa souveraineté, mais il peut apprécier tout de même le personnage de Caius qu’il doit croiser régulièrement depuis des années…
      3. Si on reprend l’idée comme quoi il fait office d’émissaire ou de porte-parole, il n’y a plus à expliquer comment Arthur et lui se connaissent :)

      Concernant Anton (et non Antoine, qui a plus de barbe et porte des chemises à fleurs ;)), il y a là aussi beaucoup de place pour l’interprétation. On peut supposer que Léodagan le connaissait sans toutefois aller manger chez lui tous les dimanches, le voyant relativement peu. Peut-être même l’a-t-il tout simplement connu après le départ d’Arthur ? Dans le cas contraire, la présence d’Arthur avait de toute manière peu de raisons de l’intriguer, le fait qu’il soit le fils de Pendragon ayant été a priori caché à tout le monde excepté une poignée de personnes, dont Léodagan n’avait pas vraiment de raison de faire partie…

      On pourrait sans doute trouver d’autres hypothèses, comme rien très peu de choses sont clairement précisées on peut imaginer pleins de possibilités :)

  34. Gaël dit :

    On pourrait soulever l’excuse du livre I à nouveau, mais il y a une incohérence au sujet du couple Guenièvre/Arthur: dans l’épisode « Le repas de famille », du livre I, Guenièvre est choquée d’apprendre « qu’on [l’]a mariée pour des histoires sordides d’alliance politique », alors que dans l’épisode 7 de la saison 6, quelques années plus tôt, c’est sa propre mère qui la reprend lorsqu’elle dit aux chefs de clan « c’est pour la politique » au sujet du mariage à venir. Voilà voilà.

  35. Happius dit :

    J’ai trouvé une incohérence à propos de Cryda de Tintagel, la mère d’arthur dit « Je vous rappelle qu’il s’agit de la belle sœur d’Uther » [Episode 23 Livre 2 : Cryda de Tintagel], Or d’après cette phrase on en déduit que Cryda n’est pas la sœur d’Ygerne (Car elle n’a pas été mariée à Uther), que par conséquent elle serait la femme d’un frère à Uther. Et donc pourquoi elle serait toujours en compagnie d’Ygerne si elle n’est pas de sa famille ?

  36. Walid dit :

    Bonjour à tous, bravo pour ce site!!

    Livre I Épisode 43 : La Coccinelle de Madenn… Arthur a un enfant!!! Madenn, une de ses maîtresses rencontrée au bal du village, fille de Guethenoc, est enceinte de lui et il en est heureux…

    « Alors, c’est le miens? »
    « Evidemment que c’est le votre!! »

    Cela remet un peu en question toute la quête du livre V et sa fin… Mais bon, c’est excusable par le livre I je suppose :)

    1. So Lain dit :

      Dans l’épisode « Jizô » du Livre V, la bergère, amie de Madenn, elle même partie à la recherche du mouton perdu, dit à Arthur qu’elle racontait être enceinte du roi pour se faire mousser mais qu’elle l’était déjà avant de le fréquenter.

  37. nisekoi dit :

    Depuis quelques temps je pense avoir trouver une incohérence.
    Dans le livre 5, je crois, le roi Loth dit : « moi j’ai pas eu le temps d’essayer de retirer l’épée du rocher, je serais arrivé une demi heure plus tôt à l’heure qu’il est c’est p’tete moi qu’aurait mon cul sur le trône ». Alors que dans le livre 6 épisode 7 les rois attendent tous Arthur et Loth n’a pas essayer de retirer Excalibur.

    1. Askelon dit :

      L’enfant en question n’est pas la fille d’Arthur, Madenn était déjà enceinte durant sa brève relation avec le roi ; c’est en réalité la fille du Tavernier ;) C’est expliqué dans le Livre V, précisément, quand Arthur rencontre la Bergère.

  38. gorth dit :

    Bonjour, c’est mon premier post alors dans un premier temps merci pour ce site très complet, puis dans un second temps je vais ajouté ma petite contribution.

    Dans l’épisode « le culte secret » livre III la Dame du lac fait remarqué à Arthur (qui acquiesce) qu’il préfère certaines choses chez les romains notamment « la bouffe ». Mais dans l’épisode « le dernier empereur » livre I, Arthur a un haut le cœur quand Caius lui parle de prancréas de biche au pruneau et à la fin de l’épisode Arthur souligne que « sur la bouffe ça déconne un peu ».

  39. 2110 dit :

    @gort : Je m’étais fait la remarque, et finalement ce n’est pas vraiment une incohérence. Lorsque Arthur vivait à Rome, il « bouffait de la merde » (dixit Manilius). Les pancréas de biche et les chenilles à la purée de groseille ne lui étaient donc pas accessibles. Alors s’il préfère la nourriture romaine à la bretonne, c’est sûrement dû à sa faible expérience culinaire romaine qui n’aura duré que quelques semaines/mois alors qu’il était haut-gradé de l’armée, avant de partir pour Logres.

    Une nouvelle incohérence :
    Livre V – Vae Soli! : Arthur, Léodagan et Bohort sont à table dans la salle à manger. Léodagan demande si « c’est pas aujourd’hui la réunion de la Table Ronde ? ». Or on sait qu’Arthur et Léodagan ont pour habitude de prendre leur petit-déjeuner au lit. Donc ce repas est celui du midi. Et donc la réunion doit se dérouler dans l’après-midi.
    Et pourtant :
    Livre V – (plus tôt) : Lorsque Arthur officialise le clan des Vain (les futurs petits pédestres), il ne leur suggère pas de participer à la Table Ronde puisque « c’est le matin et [ils] n’aiment pas [se] lever tôt ».

    1. Askelon dit :

      Plausible, en effet, d’autant que la bectance a l’air plus appropriée au déjeuner qu’au petit-déjeuner : patates, volaille rôtie… Cela dit, la façon dont Léodagan évoque le sujet peut laisser penser qu’il vient tout juste de se rendre compte qu’il aurait du y avoir une réunion de la Table Ronde le matin, donc dans le doute il demande confirmation :)

  40. Sev dit :

    Bonjour. site formidable!
    j’ai deux remarques:

    • dans le livre 5, lorsque Arthur va visiter la cabane d’Yvain et Gauvain, on apprend que Démétra est devenue la femme d’Yvain… mais depuis quand??? de plus elle dit a Arthur que ça fait un an « qu’elle n’a pas… » or Arthur n’a viré ses maitresses du chateau qu’au debut du livre pour faire de la place aux hotes de marque venus tenter de retirer l’épéé… soit moins d’un an
    • sans me souvenir exactement de l’épisode, il en est un ou Arthur demande a Merlin de guérir une blessure par la magie. Or dans le livre 5, la dame du lac dit a Lancelot que les dieux se sont détournés de lui car il n’arrivait pas a retenir la formule de guérison des plaies, et qu’ils ont donc choisi Arthur… Ce qui sous entend qu’Arthur lui la connait et qu’il n’a donc pas besoin des services de Merlin pour guérir ses blessures
  41. Askelon dit :

    Bonjour, merci pour le compliment :) Concernant ces deux remarques pertinentes :

    • Si on en croit cet excellent dossier rédigé par mes soins (ahem), je pense que le Livre V dure au total entre 6 et 8 mois (en gros de quelques jours après le solstice d’hiver jusqu’à la bonne moitié de l’été) ; de plus, si on consulte la fiche personnage de Demetra, on voit qu’elle n’apparaît dans le Livre V qu’à l’épisode 40, quand Arthur lui rend visite pas hasard chez Yvain et Gauvain. Mais effectivement, les deux compères ne prennent leur indépendance que durant le Livre V, donc après le solstice… Il y a un décalage. Maintenant, on peut supposer que le « un an » de Demetra est une exagération pour bien marquer le fait que ça lui manque pas mal, et qu’en réalité la durée n’est pas à prendre au pied de la lettre. Il y a eu la même remarque récemment à propos d’une réplique de Mevanwi qui parle de plusieurs semaines pour la durée durant laquelle Excalibur reste plantée dans le rocher avant qu’Arthur n’aille la non-récupérer :)
    • Je crois que c’est dans le Livre I (Le coup d’épée ou La blessure mortelle), même si cela peut correspondre à d’autres épisodes. Effectivement Arthur pourrait se souvenir de la routine, encore qu’on pourrait arguer que même s’il a réussi à la retenir quand il était enfant, s’en souvenir 30 ans après ne doit pas être évident, surtout s’il a un enchanteur à disposition pour ça :) Enfin, quand il y arrive…
    1. Sev dit :

      Merci pour la réponse! Et le compliment est sincère c’est surement le meilleur site sur Kaamelott car le plus complet et le mieux construit!

      En effet Arthur a surement du oublier la routine pour préférer avoir recours a Merlin… Même s’il est plutot efficace dans ce domaine par rapport à ses echecs habituels… :)

  42. lolzewolf dit :

    Bravo pour votre site.
    Une petite remarque à propos de Morgane : elle est sensée venir chercher Arthur quand il mourra, mais dans l’épisode l’Ankou, ce dernier évoque la possibilité de devoir lui aussi venir chercher Arthur quand il mourra… (il dit qu’a priori, si ce sont des grouillots qui meurent, c’est pas grave si c’est pas lui qui va chercher les corps, mais que si c’est la reine ou même Arthur, là il se déplace en personne…). Peut-être cette histoire de mort héroïque on non…

  43. Sunstan dit :

    Dans le livre VI épisode 7, Arthur discute avec le général romain interprété par tcheky karyo et lui explique que sa première bague est un cadeau de l’empereur. Or Jules César n’a jamais été empereur et il me semble plus qu’étrange qu’une telle erreur de dialogue puisse avoir été commise par Alexandre Astier.

    1. Askelon dit :

      Aucune erreur, précisément, puisque le César de Kaamelott interprété par le regretté Pierre Mondy n’a rien à voir avec Jules César ;) C’est indiqué dans la fiche du personnage. Kaamelott se déroule au Vème siècle, donc bien après la mort de Jules César qui, effectivement, n’a jamais été empereur.

  44. Percyfleur dit :

    A la fin du Livre V, lors du suicide d’Arthur, la fée Morgane n’intervient pas probablement car les dieux « ont lâché Arthur », comme le dit Méléagant dans ce même Livre V. De plus, on peut penser que les dieux ont abandonné le roi depuis le Livre IVn lors du bannissement de la Dame du Lac. Ainsi, Morgane n’a sans doute plus besoin d’intervenir à partir de là car Arthur n’est plus l’Elu des Dieux.

  45. Percyfleur dit :

    A un moment (Livre I, II ou III, je sais plus…), lors d’une bataille, Merlin doit utiliser une dent de requin pour lancer un puissant sort sur les ennemis. Il envoie pour cela Perceval et Karadoc à son Labo à Kaamelott. Pourtant, lorsque Bohort interpelle Perceval devant le Labo, tous deux sont dans un couloir. Or, le labo est normalement ouvert sur la cour du château…

  46. Percyfleur dit :

    Lors des premiers livres, Perceval et Karadoc viennent donner à Arthur et au Père Blaise le compte-rendu de la mission du Serpent Géant du Lac de l’Ombre. Mais, petite incohérence, lorsqu’Arthur leur dit de retourner là-bas, Perceval dit « Le truc c’est que le Lac de l’Ombre c’est plus haut que l’Ecosse,… ». C’est la Calédonie et non l’Ecosse qui devrait être mentionnée, étant donnée qu’elles correspondent toutes deux à la même région, et que depuis le début, Kaamelott n’a cité que la Calédonie.

  47. Vael dit :

    Hey ! Il est peut-être un peu tard pour commenter tout ceci mais, venant seulement de découvrir le site un peu par hasard, au hasard de quelques cliques sur le net, j’aurais voulu apporter quelques nuances ou précisions… bon peut-être que plus personne ne lira, mais bon, ça ne coûte rien de les écrire :P

    (Autre détail : j’ai survolé les réponses/commentaires, c’est à dire que j’en ai lu pas mal mais pas tout, je m’excuse donc si un point fait doublon)

    1) Le premier truc, qui m’a pas mal fait tiqué et, en fait, m’a décidé à répondre, en gros, c’est le point sur les monnaies… Je voulais revenir sur la notion de monnaie à l’époque et la notion d’unité monétaire.

    J’ai lu que la monnaie n’était pas comme maintenant avec « un euros » « deux euros », etc… mais des « une pièce d’or », « une pièce d’argent », etc… C’est en partie vrai, et en partie faux, et je pense que c’est de là que vient la confusion sur cette incohérence qui en fait n’a aucune raison spécialement d’en être une.

    C’est à dire, les monnaies étaient bel et bien, à l’époque, en métaux précieux, allant de l’or au cuivre ou au bronze, en fonction des pays et des époques. NEANMOINS ce n’est pas pour cela que partout dans le monde une pièce d’or avait la même valeur, et qu’une pièce frappée dans deux états différents dans un même métal gardait la même valeur.

    En effet, ce qui faisait toute la valeur d’une pièce à l’époque c’était non pas l’effigie dessus mais le poids de la pièce en question. Une pièce d’or par exemple, l’important c’était combien de gramme d’or on avait. Le fait que ce soit une pièce, avec la tronche de quelqu’un dessus, c’était juste une pure facilité.

    ORS, dans les zones dites « barbares », et dans la plupart des royaumes pré-romains du continent, chaque royaume faisait un peu ce qu’il voulait dans ce domaine. Les pièces d’or d’un royaume X n’avaient pas le même poids que celles d’un autre, vous voyez ? On peut supposer (je ne saurais pas vous dire là comme ça si c’était le cas, historiquement, en bretagne à l’époque) qu’avant l’arrivée d’Arthur, chaque royaume indépendant frappait ses pièces comme il voulait, avec le poids qu’il voulait, le degré de pureté qu’il voulait pour son métal, etc…

    Ce qu’à fait Arthur, ce n’est pas forcément imposer sa tête sur toutes les pièces de Bretagne, mais avant tout unifier les critères de poids, puretés, etc… très probablement en s’allignant sur la monnaie romaine (de sorte qu’une pièce d’argent bretonne équivale un sesterce d’argent, par exemple). De là, les rois fédérés, comme Léodagan ou Loth, pouvaient bien mettre leur tête sur la pièce, l’important c’était qu’elle ait la même valeur que celle du voisin.

    Voilà c’est mon explication, elle vaut ce qu’elle vaut, mais disons que c’est comme ça que j’avais compris la chose xD

    2) Sinon un autre point qui m’avait fait tiqué, on référence plusieurs fois un épisode pilote « repas de famille », comme un épisode à part entière de la Saison I, voir d’une autre Saison… et on souligne l’incohérence de Guenièvre qui « découvre » son mariage arrangé (alors que c’est pas une fois mais plusieurs qu’on « s’attaque » à cette idée dans l’oeuvre) ou Séli qui dit qu’elle aurait pas supporté que ça lui arrive (rappelons qu’elle a été enlevée et qu’on a payé Léodagan pour qu’il la garde quand même…). Ben… oui sauf que, comme dit dans l’article principal pour un autre point, c’était un pilote. Par nature, un pilote n’est pas canonique.

    Si on va par là, les incohérences sont très nombreuses. Par exemple, dans le pilote, Arthur doit aller jusqu’au centre du Lac pour voir la Dame du Lac. Il est aussi dit plus ou moins clairement que la Dame n’a pas pour habitude de lui donner des quêtes annexes, et lui-même annonce qu’il ne veut pas se dispercer dans des quêtes du genre, alors que la Dame donne très souvent des missions, et Arthur se disperse dans celles-là et encore dans d’autres. En plus, il ne va certainement jamais lui parler au Lac, au contraire xD

    Bref, un pilote est non-canonique, par essence. On garde certaines choses et on en supprime d’autres. Certes, ici, la « seconde vague » de pilotes a un aspect trompeur par rapport à la « première vague », si j’ose dire (sachant; sans entrer dans le détail, qu’Astier a fait deux séries de pilotes, et que la première série est encore bien moins raccordée au canon (une Guenièvre au caractère très différent, une Excalibur qui brille pas, etc…)), mais quand même, ce sont des pilotes, qu’on ne suive pas toute la matière donnée dedans n’a rien d’exceptionnel :)

    Voilà ! Et sinon, bien que tardivement, je salue le superbe travail sur ce dossier :)

  48. Tif dit :

    Dans l’épisode V du livre V « le royaume sans tête », à un moment Lionel le frère de Bohort, en compagnie de Bohort, tire une flèche sur Lancelot, dans la scène d’après on voit Léodagan qui se vante auprès de dame Séli en disant « Ahlala en un jour paf deux mecs sur une tour qui me dégomme un type! » et dame Séli demande « mais c’était qui ce type? » et il répond « bah j’sais pas moi, un type qui marchait sur le sentier quoi! c’est fini ça de marcher où on veut! » , je trouve pas mal incohérent qu’aucun des deux n’est dit que c’était lancelot??

  49. Elsh dit :

    Bonjour!

    Alors déjà pas mal de chose repérée en peu de temps, bravo, et bien répertorié.

    Ensuite, je tiens à parler d’une chose : Cryda. Lors de la première visite de sa tante Cryda, Arthur à des souvenirs très clair de cette femme, et la reconnait même à son nom « comme la tant qu’il n’a jamais pus blairer », hors dans le Livre VI il n’a plus vraiment de souvenir de Bretagne. Certes on a pus lui rafraichir la mémoire etc… mas je trouve ça assez incohérent de vouer une telle haine envers une personne qui finalement arrive à être oublié. Après je laisse aux autres l’idées de trancher, je ne la trouve pas majeur mais je considère cela comme légèrement incohérent.

  50. bozo dit :

    A la fin du livre 6 tome 6 lorsque Arthur est présenté aux rois de bretagne, le roi Lot dit « Deus minimi placet » Manilius cherche à le corriger et Arthur le reprend , faisant mine de ne pas comprendre le latin, pour ne pas être démasqués.

    Dans l’épisode Dies Irae, Il enguirlande ses chevaliers au moment de la lecture de la prière parce qu’aucun d’entre eux ne comprend le latin.

  51. Aymeric dit :

    Salut !
    Dans le livre 2, épisode « Le Rebelle », j’ai trouvé une incohérence dans un dialogue :
    Lancelot dit avoir mis deux chevaliers au cachot. Arthur lui dit « vous les avez fait libérer ?! », et Lancelot répond « oui, sauf Gauvain, Bohort et Karadok… ».
    Il met deux personnes au cachot et en libère 3 (sur un nombre plus important) ?!
    C’est de la physique quantique ?! :)

  52. 2110 dit :

    Resalut,
    Quelques nouvelles incohérences

    1) Livre V – épisode 5 (Le royaume sans tête) : Alors que quelques jours plus tôt, Arthur se « faisait de la bile pour Lancelot parce qu’il est introuvable » et que « personne n’a jamais vu [l’homme en noir] à part Lancelot lui-même », lors de son « échec » au rocher Viviane lui apprend que « Lancelot est vivant, et il est accompagné par un être épouvantable ». Cette révélation devrait choquer Arthur et réduire à néant l’hypothèse de la démence de Lancelot (puisque Méléagant existe réellement), mais Arthur ne revèle pas.

    2) Même épisode : Séli et Léodagan sont au lit, Séli voudrait dormir (elle se « lève aux aurores pour aller botter le train » des serviteurs) puis va voir le juriste-consul pour le fiche dehors. Celui-ci rétorque : « Vous vous êtes dit : j’ai rien à faire ce matin, je vais virer un type ? ». Notez le « ce matin » au lieu du « ce soir ».

    3) Livre II – 28 (Le Passage Secret) : Bohort fait éclaireur en compagnie d’Arthur et Léodagan, et explore un souterrain qui débouche à Kaamelott ; comment un tel souterrain a-t-il pu être construit sans qu’Arthur ne soit au courant ?

    4) Livre VI: Arthur comptait emmener Aconia vivre à Kaamelott alors qu’il y a déjà une femme ? Que comptait-il en faire, une maîtresse, une servante ? Et comment comptait-il justifier la présence d’une romaine à ses collègues ?

    5) Livre 5 : Lorsqu’une semaine s’est écoulée et Arthur vient récupérer son épée au rocher et feindre l’échec, les alentours sont déserts. Pourtant, assister à l’avènement d’un roi et voir Excalibur briller dans les main de l’Elu devraient attirer des foules de curieux, non ? D’autant plus que la date de récupération de l’épée était connue de tous.

  53. Joffrey dit :

    Hey, une incohérence que vous n’avez pas cité est la fenêtre du labo de Merlin !

    Je vous laisse le soin de retrouver les épisodes, mais en gros quand ils demandent à Elias (une de ses premières apparitions) de regarder le labo de Merlin pour voir si c’est « crédible », il dit « ben déjà, ça m’serait jamais venu à l’idée de m’installer dans une pièce sans fenêtre » (ou un truc du style). Alors que plus tard (saison 3 peut-être ?) quand Léodagan et Arthur prennent un sort qui leur file des yeux lumineux, Merlin se justifie en disant « désolé il est parti par la fenêtre, j’ai pas pu le contrôler » (désolé pour l’inexactitude des citations, je les connais pas (encore) par coeur…

    Alors, ça vous la coupe ?

  54. Guilg dit :

    Dans plusieurs épisodes du livre IV (Le Dédale, Le Rêve d’Ygerne, et La Potion de Vivacité II) on trouve le même décor de labyrinthe. Or ce décor est au moins partiellement le même que celui utilisé pour les couloirs du château de Kaamelott (étage des chambres d’Arthur et Léodagan). L’escalier sur lequel est assis Bohort dans le livre V (juste après l’accession au trône de Léodagan) est un très bon repère de comparaison : http://i.imgur.com/IRCcKHt.jpg

  55. Lisa dit :

    Bonjour !

    Je voulais soumettre à votre ratification une petite incohérence, qui m’a toujours chiffonnée. Voilà: dans le Livre VI, lorsqu’Arthur est militaire à Rome, il est copain avec Caius. Tous les deux se tutoient.

    Or, dans le reste de l’histoire, les deux hommes se vouvoient.

    Si je peux aisément comprendre que Caius vouvoie Arthur, maintenant qu’il est roi, j’avoue que l’inverse me laisse perplexe.

    Comme éléments d’explication, je propose:
    – Arthur vouvoie Caius, parce que Caius vouvoie Arthur depuis qu’il est roi
    – il s’agit d’une astuce pour que personne ne sache qu’Arthur a été élevé par des romains (même si les deux hommes continuent à se vouvoyer lorsqu’ils ne sont que tous les deux, quand Arthur veut raser le dernier camp)
    *, à ce sujet, autre incohérence : ça semble mettre Léodagan de travers, lorsqu’il apprend qu’Arthur est romain, alors que dans le livre VI, ils attendent le fils Pendragon, qui arrive de Rome…

    Vous en pensez quoi?

  56. Guilg dit :

    Dans l’épisode « Le poème » issu du Livre II, Arthur récite un poème à Guenièvre. Il s’agit d’un quatrain de l’écrivain chinois Meng Haoran (la réplique qui suit « Là c’est sûr c’est du chinetoc ! » a du coup une nouvelle dimension quand on sait ça ^^). Hors on situe la naissance de ce dernier aux alentours de l’an 690, et Kaamelott se déroulant autour de la chute de l’empire romain (476) ça nous fait donc un anachronisme de plus de deux siècles.

  57. Guilg dit :

    Dans l’épisode « Mission » issu du livre III, Lancelot et Père Blaise expliquent à Arthur que Perceval et Karadoc n’ont ramené aucun butin de leur dernière mission car ils ont trouvé louche de ne rencontrer aucune difficulté. Cet épisode fait clairement référence à l’épisode « La Menace Fantôme » issu du même livre où l’on voit Perceval et Karadoc effectuer cette mission et s’en aller sans butin. Dans le second épisode, Arthur décide donc de faire lui-même la mission accompagné de la Dame du Lac; hors il tue un monstre juste avant d’arriver devant le trésor. Il s’étonne et dit à la Dame du Lac « Je croyais qu’il y avait personne ! »; elle répond qu’ils ont fui « avant de tomber » sur ce monstre, seulement dans l’épisode précédent, Perceval et Karadoc vont jusqu’au bout de la mission et se rendent dans la salle du butin sans avoir rencontré ce monstre.

  58. Benji dit :

    du temps a passé, le passé romain n’est peut-être plus un secret?
    Et le père Blaise est peut-être sensé enseigner le latin, pour la liturgie et les textes officiels.

  59. Bastien dit :

    Dans un épisode du livre VI, (celui ou manilius se fait arrêter ) Prossion fait une menace à Arthur en lui disant qu’il trouvera bien un moyen de lui faire payer le coup dans la glotte. Jamais un sous fifre romain ne pourrait se permettre pareil menace à un général qui pourrait le faire exécuter dans la minute (il lui aurait d’ailleur suffit de demander aux deux gardes accompagnant Prossion de se saisir de lui libérant ainsi manilius, l’outrage étant bien plus important à ce moment )

  60. pingouin dit :

    Bonsoir,
    En regardant le livre V (tome 1 épisode 2 chapitre 6 ) J’ai entendu Geunièvre annoncer :
     » Je vous signale que je connais parfaitement les loi bretonnes et que si pour une raison ou une autre
    le roi n’est plus roi c’est la reine qui doit désigner celui qui assumera le pouvoir en son absence  »
    N’est ce pas la loi qui pose problème suite au non-retirage de l’épée d’Arthur ?

  61. Lo dit :

    Dans le livre I, « Goustan Le Cruel » : Arthur dit que ce sont les romains qui ont féderé la Bretagne avant sa venue, ce qui est contredit par le livre VI .

  62. Simon dit :

    Pour l’incohérence sur la monnaie unique, oui, à l’époque les pièces valaient leur poids (en or, argent ou bronze). Évidemment, selon les « pays » la valeur d’une pièce en or/argent/bronze changeait (selon la taille et la pureté de l’or). Ainsi (exemple totalement hypothétique) deux pièces d’or romaines pouvaient être l’équivalent or de trois quart d’une pièce or gauloise.
    Parler de monnaie unique n’est donc pas une erreur. On peut penser qu’Arthur a établi un étalon or valable sur toute l’île de Bretagne (une pièce en or = X grammes d’or, une pièce en argent = X gramme d’argent, etc.). Leodagan peut donc continuer à frapper des pièces à son effigie tant qu’il respecte l’étalon or d’Arthur (on peut comparer ca aux euros, chaque pays frappant ses pièces). Cette « unification » de la valeur des pièces a, il me semble, déjà eu lieu dans l’histoire (je ne sais plus quand par contre). L’avantage principale d’une réforme de ce type est que ça facilite les échanges commerciaux.

    Ce n’est donc pas une incohérence.

  63. Ludo dit :

    C’est un site génial, avec beaucoup de détails remarqués !

    J’en ai relevé d’autres :

    – Livre II, épisode « le Message codé », Arthur dit à Karadoc de « partir tout de suite » pour aller transmettre le message.
    A la taverne, lorsque Perceval lui dit qu’il peut le remplacer et porter le message lui même à la 5ème clairière, Karadoc dit « j’avais promis que je partais cette nuit, mais je me suis pas réveille ».

    C’est donc une incohérence car il devait partir tout de suite, donc c’est pas qu’il ne c’est pas réveillé, c’est qu’il s’est endormi au lieu de partir tout de suite.

    – Livre I : l’épisode où Perceval et Karadoc « cherche » le graal en creusant, ils disent pour rire à Arthur qu’ils « cherchent des truffes ». Hors, l’épisode où ils préparent une omelette aux champignons avec des amanites et autres divers champignons, ils disent « qu »ils y connaissent rien aux champignons ». Alors même si les truffes ne sont pas des champignons comme les autres, ils savent néanmoins que les truffes se trouvent dans la terre et que la meilleure chose est de creuser !

  64. Broques dit :

    La flemme de me taper tous les commentaires, mais il y a les cercles de culture aussi. Arthur apprends leur existence à son mariage (VI, 7), et Merlin lui souffle « en tant que Breton vous êtes censés le savoir ça ». Pourtant, dans la colline de Silbury (Livre II, épisode 5), quand Guenièvre et Séli se retrouvent avec des symboles sur la joue, elles semblent complètement apprendre l’existence de ces trucs.
    Vrai incohérence, sans l’excuse de la Saison 1 pour le coup.

  65. Emm dit :

    Bravo pour tout ça, c’est passionnant !
    Plus qu’une incohérence j’aurais une interrogation. Dans l’épisode où le répurgateur veut qu’Arthur devienne monogame (Livre I ep 14 ‘Monogame’), Guenièvre s’en offusque en disant que les bretons sont civilisés ! Or, son père Léodagan n’a aucune maîtresse connue, point confirmée par Dame Séli dans le Livre VI qui refuse que son mari aille voir ailleurs. Alors comment se peut-il que Guenièvre accepte si aisément une situation qui n’est pas reproduite par ses propres parents ? et peut être par le peuple picte et/ou de Carmélide en général. Je pourrais aussi faire référence au fait qu’aucun autre personnage masculin du château n’a plusieurs femmes en même temps si ce n’est Karadoc quand il devient roi. Cette pratique ne serait-elle acceptée que pour le roi ? cela n’est jamais évoqué. Merci d’avance de vos avis.

  66. azeliandre dit :

    Bonjour, merci pour ce site. J’ai bien aimé trouver ici des réponses à certaines incohérences ou tout simplement constater qu’elles aient étés relevées et tan pis si on peut plus rien y changer…
    Perso une incohérence qui m’a frapper et n’a pas été relevée c’est qu’à la fin de l’épisode 3 livre 5, Arthur tente de se suicider en se taillant les veines du poignet droit or il est droitier et de ce fait il aurait été plus logique de voir son poignet gauche blessé. Mon imagination faisant le reste j’ai supposé qu’il avait été possédé par un esprit malfaisant gaucher durant ce moment de faiblesse et que ce serait cet esprit qui aurait scarifié le roi… Ben oui quoi, c’est trop dur d’accepter qu’Arthur est voulu attenter lui même à ces jours.

  67. BankableHype dit :

    Bonjour à tous, excellent site !
    Je ne sais pas si cela a été relevé, mais j’ai cru noté une incohérence. Dans l »épisode 76 : La Répétition du livre IV, Perceval et Karadonc répètent donc une pièce de théâtre, avec le seigneur Bohort qui leur dicte leur texte.
    À la fin de cet épisode, Karadoc et Perceval « sautent 18 pages ». Comment cela est-il possible puisqu’ils ne savent pas lire ? Bohort est surpris qu’ils soient si loin dans la pièce comme si ils ne leur avait pas encore appris.
    Voila c’est tout pour ma part mais je ne sais pas si cela est réellement une incohérence.

  68. Iparaitraidaprèskonma dit :

    Salut à tous! Bon je n’ai pas lu tous les commentaires mais je voudrais savoir s’il n’y a que moi que ça choque de voir Arthur dans l’ultime épisode du Livre VI passer le pouvoir à Lancelot en écrivant sur une tablette. C’est raccord avec les épisodes du Livre mais pas du tout avec la chronologie de l’histoire car si on s’en tient à cette dernière, il s’est écoulé un an ou six mois depuis sa tentative de suicide. Or à aucun moment dans l’histoire (excepté bien entendu le passage romain) ne sont utilisées ces tablettes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*