Géopolitique du Royaume

Royaume d’Irlande, Royaume de Calédonie, Pays de Galles, Duché d’Aquitaine, tout le monde situe à peu près ; Gaunes, le Royaume de Carmélide, le Royaume de Logres, voilà déjà des lieux plus compliquer à définir sur une carte. Tentons de résumer un peu la géographie et la géopolitique de Kaamelott

Blason officiel de Kaamelott

Blason officiel de Kaamelott

Préambule

Le Royaume de Kaamelott est un royaume relativement complexe, qui comme la série possède plusieurs niveaux d’interprétation. On peut distinguer trois visions principales de la série et de ses divers éléments : le contexte historique, le contexte légendaire et le contexte de la série. Kaamelott étant avant tout une fiction, y rechercher des vérités historiques n’a aucun sens ; envisager l’œuvre d’Alexandre Astier comme une adaptation fidèle de la légende n’est pas moins vain. Kaamelott se définit plutôt comme une nouvelle version de la légende Arthurienne, une adaptation de l’existant à travers le prisme d’Alexandre Astier visant à partager sa propre interprétation du mythe. Dans cette optique, nous nous intéresserons ici à la géopolitique du Royaume du Roi Arthur non d’un point de vue historique ni même légendaire, mais bien d’un simple point de vue Kaamelott.

La situation globale

Le Royaume de Bretagne est un très vaste territoire pour l’époque ; regroupant pas moins de six royaumes (Calédonie, Orcanie, Carmélide, Irlande, Armorique et Gaunes), un duché (Aquitaine) et deux clans dont le régime reste vague (Pays de Galles et Vannes), il fait de son souverain Arthur Pendragon l’un des hommes les plus puissants et respectés du monde connu. Pourtant le rassemblement des peuples bretons n’a pas été simple, et l’alliance n’est pas à l’abri des difficultés.

Carte approximative du Royaume de Bretagne

Carte approximative du Royaume de Bretagne

La Fédération

C’était le rêve des conquérants romains depuis des siècles : unifier la Bretagne au sein d’une fédération. Grâce à Arthur, ce rêve est devenu réalité. Le Royaume de Bretagne est en paix, s’étend de la mer de Norvège aux Pyrénées, résiste perpétuellement aux tentatives d’invasions des différentes ethnies barbares ; mieux, le niveau de vie s’améliore, la condition des habitants se fait globalement plus supportable, le commerce fleurit grâce à l’établissement d’une monnaie commune. Du côté des dirigeants et des Chevaliers, la quête du Graal s’organise et, si pour le moment les résultats sont pour le moins mitigés, les quêtes secondaires apportent prestige et noblesse aux roi et à ses sujets.

Les Clans

La Bretagne est par essence un pays clanique, chaque village, chaque hameau composé de trois bicoques mitées peut constituer un clan. Si l’on en croit Léodagan, ils seraient aux alentours de deux mille, ce qui laisse présumer d’un peu de tout, du clan regroupant trois masures à celui regroupant trois villages. Les clans conservent leur identité culturelle et éventuellement certaines compétences locales, mais doivent rendre compte à leur roi ainsi qu’à Arthur. À noter que la Fédération les exempte d’impôts directs : les impôts sont prélevés non plus par le souverain local, mais directement par Kaamelott, bien qu’il semble que certains rois et seigneurs oublient, volontairement ou non, cette évolution et taxent eux-mêmes leurs sujets.

Les royaumes et territoires fédérés

Ils sont donc neuf au total : Logres, la Carmélide, la Calédonie, Gaunes, le Pays de Galles, Vannes, l’Orcanie, l’Irlande, l’Armorique et l’Aquitaine.

Royaume de Logres

C’est le royaume d’Arthur Pendragon. Situé au cœur de la Bretagne, il accueille à la fois le Roi, le gouvernement et la Table Ronde ; les décisions principales concernant le royaume et la Fédération se prennent depuis Kaamelott. Le Roi Arthur y est très apprécié, sa vision progressiste en matière de justice, de politique et de gouvernance lui ont valu le surnom de « Juste » et attirent sur ses terres les habitants d’autres royaumes dont les souverains se montrent moins souples, notamment la Carmélide.

Du fait de la double casquette d’Arthur, à la fois roi de Logres et du Royaume de Bretagne, le Royaume de Logres se confond souvent avec le reste de la Bretagne, à cette différence, peut-être, que les décisions fédérales sont ici appliquées, ce qui n’est pas toujours le cas dans les autres royaumes où Arthur peine parfois à imposer son point de vue. Les séances de doléance semblent être une spécificité de Logres, mais sont aussi ouvertes aux habitants des autres royaumes, permettant aux chefs de clans de venir exposer leurs requêtes au Roi. Le Roi Arthur siège généralement assisté d’une ou deux personnes, les Seigneurs Lancelot, Léodagan ou Bohort selon les circonstances, chacun disposant d’un poste et de compétences particulières.

Royaume de Carmélide

Royaume hautement important du point de vue militaire, la Carmélide est le fer de lance de la machine de guerre bretonne. Dans ce pays situés au sud du Mur d’Hadrien, confortable calé entre Logres et la Calédonie, et où les tourelles poussent aussi vite que les habitants, l’armée est une valeur sacrée, un mode de vie transmis de père en fils.

Cela explique sans doute le nombre de dérogation accordées, la quantité d’exagérations et d’insubordinations tolérées par Arthur envers Léodagan ; la Bretagne a autant besoin de la coopération du souverain de Carmélide que l’inverse. Le Royaume de Léodagan conserve ainsi, et malgré la Fédération, la maîtrise de son armée, de sa justice, de ses coutumes, ainsi que sa propre monnaie, ce qui en fait un pays à part, presque totalement indépendant, au cœur même de la Fédération.

La question de la monnaie est d’ailleurs intrigante, car si la Carmélide semble avoir conservé la prérogative de battre sa propre monnaie, elle doit pouvoir commercer avec les autres membres de la Fédération, ce qui laisse supposer l’usage de deux monnaies. Compliqué, mais la Carmélide étant ce qu’elle est, le commerce est sans doute moins florissant qu’en d’autres contrées.

Royaume de Calédonie

Royaume de Calogrenant, la Calédonie est un territoire rude située au nord de la Bretagne, au-dessus de la Carmélide et du Mur d’Hadrien. Épargné par les romains qui n’ont jamais pu franchir le Mur, la Calédonie est un allié de toujours des peuples bretons en lutte contre l’envahisseur, apportant notamment son soutien à la Carmélide lors des attaques contre les troupes de Rome. Parmi les pays fédérés les moins hostiles à Arthur, la pays de Calogrenant semble se plier facilement au gouvernement de Kaamelott et respecter la décisions fédérales.

Royaume de Gaunes

Le statut politique de Gaunes est incertain. Le titre officiel de Bohort est « Roi de Gaunes », ce qui laisse donc supposer que Gaunes constitue un Royaume ; or si Bohort se voit confier des tâches importantes au sein du gouvernement de Kaamelott, il ne semble pas avoir le statut de roi, ne participe pas aux Assemblées des Rois et n’est jamais désigné formellement sous ce titre.

La situation géographique de Gaunes est également sujette à débat ; le royaume est situé sur le continent, mais son étendue est inconnue. Si l’on cherche une référence plus historique, on peut situer ce territoire quelque part sur l’actuelle Bretagne, une partie de la Normandie voire même la Mayenne ou l’Anjou. Bohort de Gaunes, le père de Bohort, est de bonne éducation, de même que sa femme Evaine et tous les proches de Bohort comme sa femme Berlewen ou son frère Lionel de Gaunes ; cela laisse supposer une haute lignée, cohérent avec un royaume puissant et assez étendu, mais rien de précis ne vient étayer ces suppositions.

Pays de Galles

Pays d’origine de Perceval, le Pays de Galles est à l’instar de Vannes et de Gaunes, un territoire dont le régime politique n’est pas clairement définit. Il s’agit vraisemblablement d’un ensemble de clans indépendants dont le père de Perceval, Pellinor fait occasionnellement office de porte-parole, mais sans hiérarchie particulière. Le niveau intellectuel moyen, peu élevé d’après Pellinor, appuie cette supposition.

Vannes

Comme le Pays de Galles et Gaunes, aucun indice sur la politique de Vannes. Le Seigneur Karadoc n’y occupe aucun poste de responsabilité, pas plus que sa femme Dame Mevanwi, pourtant issue de la noblesse locale. La Pays correspond probablement à l’actuel Morbihan et pas seulement la ville de Vannes, mais aucun détail ou presque n’est disponible, si ce n’est que la tradition culinaire est fort importante dans la culture Vannetaise.

Royaume d’Orcanie

Royaume isolé au nord de la Bretagne, regroupant les Îles des Orcades et possiblement quelques terres au nord de la Calédonie, l’Orcanie est le territoire du Loth d’Orcanie et de la demi sœur d’Arthur, Anna. Royaume félon par tradition, l’Orcanie s’associe volontiers aux autres Royaumes pour des actions militaires ou des échanges commerciaux, mais la trahison n’est jamais bien loin de l’esprit du Roi Loth qui apparaît dans l’incapacité totale d’être fidèle à qui ou quoi que ce soit, ce qui met son pays à l’écart des autres.

L’Orcanie est le seul pays à quitter ouvertement la fédération à deux reprises. Lors de la trahison de Lancelot l’Orcanie fournit armes, hommes, équipements et soutien financier au renégat ; l’échec du putsch force le Roi Loth à rentrer dans le rang dans l’attente d’une décision du souverain légitime quant à l’avenir du pays au sein du Royaume de Bretagne. Cela n’empêchera pas le Roi Loth de retomber dans ses travers, et lors du coup d’État de Lancelot un an et demi plus tard, l’Orcanie prend à nouveau position contre Logres et la Bretagne.

Royaume d’Irlande

Évidemment situé sur l’île du même nom, le Royaume d’Irlande est autant un allié lointain qu’un membre de la Fédération. Le Roi Ketchatar participe à l’Assemblée des Rois, contribue financièrement et militairement à la Fédération, mais guère plus ne semble unir le Royaume à Arthur, qui le lui rend bien. L’éloignement géographique joue sans doute un rôle déterminant dans cette relation, un voyage conséquent sur terre et sur mer s’imposant à toute tentative de discussion ou rencontre.

Royaume d’Armorique

Pour les mêmes raisons que l’Irlande, l’Armorique entretient des relations minimales avec le Royaume de Bretagne. Le Roi Hoël participe aux réunions de l’Assemblée des Rois, soutien l’armée de Kaamelott, mais guère plus.

Duché d’Aquitaine

Territoire le plus éloigné de la Fédération, le Duché d’Aquitaine est plutôt à proprement parler une alliance qu’un membre important malgré une puissance militaire parmi les plus significatives du continent d’après la Duchesse d’Aquitaine. Des dires même d’Arthur, l’Aquitaine est tant éloigné de Kaamelott que lui-même n’arrive jamais à savoir ce qu’il s’y passe ; le Duc n’effectue le voyage jusqu’en Bretagne qu’une fois toutes les deux décennies en moyenne.

Conclusion

Globalement, si la géopolitique n’est pas la priorité absolue de Kaamelott, on peut distinguer en recoupant divers détails comment fonctionne grossièrement la Fédération et les pays qui la compose. Le modèle est simple, Arthur occupe le poste de Grand Roi qui règne sur une Fédération, elle-même dirigée par lui-même et les Rois de moindre importance. La gouvernance concerne essentiellement les points cruciaux pour l’ensemble des royaumes, à savoir en premier lieu la défense et les finances ; le reste, éducation, conditions de vie, gestion agricole, sécurité dans les villes et les campagnes, etc, est laissé à la responsabilité des souverains, la Fédération se contentant de dicter les grandes lignes et de mener les réformes qui sont par la suite appliquées plus ou moins correctement… Ou pas du tout, selon les pays.

12 réponse à “Géopolitique du Royaume

  1. Adeline dit :

    Très bonne article ! Cela permet vraiment de situé l’univers Kaamelott . Merci .

  2. KidAmnesiac dit :

    Très bon article, mais pour moi le Royaume de Logres était le nom de l’ensemble des possession sous la coupe d’Arthur (soit l’addition de l’orcanie, la carmélide, vannes, gaunes, etc.). Après, ptet que c’est moi qui m’enduit d’erreur, mais comme dirait Yvain: « non, mais je crois que j’ai raison »

    Mais ma réflexion ne casse pas 3 pattes à un canard, l’article est excellent par ailleurs :)

    1. Askelon dit :

      Merci ;) Tu m’as mis le doute, du coup j’ai vérifié. Je ne crois pas qu’on trouve de véritable indication là-dessus dans Kaamelott, mais le royaume de Logres est historique, et situé en gros là où je l’ai placé (bien que j’aurais pu noter la Cornouaille de Tintagel à part, d’ailleurs) ; le royaume complet d’Arthur n’est pas à proprement parler un royaume, c’est une fédération de plusieurs royaumes. Lui-même est roi de Logres, par son père je suppose, et chef suprême de la Fédération par les Dieux et Excalibut. Dans ce contexte, Logres est un territoire parmi d’autres au sein de la Fédération :)

      1. Madame Dulac dit très clairement dans le Livre VI :

        « Moi, quand je vous parle de la Bretagne, je vous parle du Royaume de Logres, c’est-à-dire : Britannia, et le Pays d’Galles, et l’Irlande, la Calédonie, la Carmélide et les îles autour… Et le Royaume continental : l’Armorique et l’Aquitaine. »

        Alors, qu’est-ce qu’on fait, maint’nant ? =O
        =P
        Par contre, elle ne parle pas de l’Orcanie, ni de Gaunes, ni de Vannes.

        1. numa dit :

          oui c’est ce que je pensais aussi: à savoir l’ile est appelée Bretagne (orcanie, calédonie, carmélide, pays de galles et territoire de camelot), Logres est l’ensemble des territoires dont Arthur est le roi, c’est à dire la Bretagne et l’irlande + les territoires du continent (vannes, gaunes, Armorique et aquitaine)

  3. Thybault dit :

    Merci beaucoup pour cet excellent article très instructif! Je vous remercie également pour l’ajout de la carte.

  4. Arthurus dit :

    Merci pour la carte géographique, on comprend mieux les enjeux géopolitiques grâce à cette carte.

  5. Bundai dit :

    A propos de Gaunes : « cela laisse supposer une haute lignée, cohérent avec un royaume puissant et assez étendu, mais rien de précis ne vient étayer ces suppositions. » : on sait tout de même dans le livre III (si je me souviens bien) que Lancelot fils du roi Ban est le cousin de Bohort. Le père de Bohort, Bohort aussi (de Gaunes), est le frère de Ban, et est donc de lignée royale. On ne sait pas de quoi le roi Ban est le roi, mais dans la version historique du cycle arthurien, son royaume se trouve proche de la Bretagne. On peut donc supposer que son frère règnerait sur un territoire conséquent. Cependant, ce n’est pas ce que le livre VI semble monter vu que la famille de Bohort vit plutôt dans un genre de petit village…

    1. Askelon dit :

      La haute lignée fait en effet assez peu de doute, on voit bien que père ou fils, Bohort est plus noble que la majorité des seigneurs de Kaamelott. Mais pour ce qui est de la famille de Bohort qui vit dans un petit village, ce n’est pas forcément négatif, on peut tout-à-fait y voir la cour d’un village fortifié. Au Vème siècle les rois bretons vivaient plus dans des palais de bois de dimensions somme toute assez modestes :)

  6. Mais où se trouve Tintagel !
    Je sais que c’est loin mais ça devrait être cité ca !!!

  7. Mais où se trouve Tintagel !
    Je sais que c’est loin mais ça devrait être cité ca !!!

  8. mate dit :

    Je viens de découvrir le site, il est vraiment SUPER ^^
    Avec de très bon article :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*