Tome 3 : L’Énigme du Coffre

Tome 3 : L’Énigme du Coffre

L’Énigme du Coffre est le troisième tome de la bande dessinée Kaamelott.

Synopsis

Plus d’or à Kaamelott ! Les convois sont-ils attaqués ? Quelqu’un manigance-t-il leur détournement ? Arthur et ses hommes mènent l’enquête et remontent la piste des chargements jusqu’au village minier. Pour résoudre l’Énigme du Coffre, il leur faudra s’aventurer dans les lugubres galeries de la mine et se transformer en cambrioleurs…

Fiche Technique

Couverture de l'édition de luxe de L’Énigme du Coffre

Scénario : Alexandre Astier
Dessin : Steven Dupré
Couleurs : Benoît Bekaert
Date de parution : 26 novembre 2008
Nombre de pages : 48
Format : grand format (240x320x12mm)
Éditeur : Casterman
Collection : Univers D’auteurs
ISBN : 2203015624

Résumé détaillé

Un voleur s’enfuit sous la pluie, les chevaliers Lancelot, Perceval et Karadoc à sa poursuite, dans un petit village minier ; appréhendé, le fugitif décède subitement. La dernière chance de retrouver les brigands qui s’attaquent aux convois d’or vient de s’envoler. Car c’est la raison de la présence des trois envoyés de Kaamelott : découvrir pourquoi l’or n’entre plus dans les caisses du royaume. Le chef du village, un semi-orque cloué sur une chaise à roulettes, ne semble guère heureux de leur visite, mais consent néanmoins à prêter quelques mineurs pour indiquer le lieu de l’agression.

L’enthousiasme de Perceval et Karadoc s’étiole bien vite, contraignant les mineurs à révéler leurs intentions belliqueuses. Lancelot s’en tire sans difficulté, et la redoutable technique avant-gardiste des deux compères montre son efficacité en les assommant tous les deux, épargnant leurs ennemis qui devront néanmoins faire face à Lancelot, aidé d’Arthur et Léodagan, arrivés de façon impromptue.

Pendant que le roi et ses deux acolytes tiennent conseil sur un petit pont franchissant une rivière, Perceval et Karadoc reprennent leurs esprits et analysent leur défaite. Décidant d’un entraînement improvisé pour améliorer leur technique, ils découvrent par hasard la cache des bandits. Extraites de l’abri du pont, les caisses d’or volées sont ouvertes et révèlent leur contenu : de vulgaires caillasses. Si Perceval et Karadoc nagent dans le brouillard suite à cette découverte, leurs trois compagnons comprennent immédiatement que quelqu’un au village les a bernés… Et lorsque que Karadoc manque de s’étouffer avec un morceau de pain, Lancelot élucide le mystère de la mort du voleur à leur arrivée à la mine.

Promptement rentrés au village, Arthur, Léodagan et Lancelot se lancent dans une inspection de la mine ; Perceval et Karadoc, eux, se voient confier la tâche d’examiner le cadavre du voleur pour retrouver l’objet qui a causé son trépas. Tandis qu’ils font la connaissance du croque-mort local qu’ils envoient en mission archéologique dans son crématorium, un mineur prend discrètement contact avec le roi afin de leur narrer l’histoire de la mine et de son mystérieux coffre magique. Il soupçonne le chef des mineurs de détourner de l’or pour son profit personnel au moyen de ce coffre, inusité depuis longtemps. Ayant pris connaissance de la façon de procéder pour accéder au coffre, le roi et ses chevaliers s’interrogent sur le moyen d’obtenir la clé ; le coffre nécessite une phrase secrète à prononcer en regardant dans les yeux une créature magique, gardienne du coffre. L’honnête mineur connaît la phrase, mais ne possède pas la petite clé en or qui ouvre l’accès au coffre. Cette même clé que leurs ramènent, à leur grand étonnement, Perceval et Karadoc.

L’équipe se lance à la conquête du coffre, mais peine à franchir le premier piège, dont seule l’astuce d’Arthur viendra à bout. Cependant le semi-orque, sa combine éventée, est prêt à en découdre ; sans doute alerté par un complice, il se propose d’apprendre sur le champ aux chevaliers à s’occuper de leurs affaires. Heureusement, Karadoc, dans un acte héroïque, l’expédie rapidement dans le gouffre.

Un second piège franchi sans encombre les mène face à la créature. N’ayant guère d’idée sur la façon de procéder, Arthur fait une tentative qui n’a pour résultat qu’un bain forcé des chevaliers et un retour à la case départ sous les regards ébahis des mineurs. Mais cette fois, Arthur sait comment s’y prendre, grâce à Perceval et sa technique de pêche un peu particulière. Alors que la porte du coffre s’ouvre enfin, le semi-orque revient à la charge, ivre de rage, et c’est le Seigneur Lancelot qui en fait les frais, blessé d’un carreau dans le bras.

Arthur ne tergiverse pas, intimant à Karadoc de libérer le monstre pendant qu’il récupère l’or. Les chevaliers reprennent donc une nouvelle fois le chemin de la sortie, cette fois en compagnie du magot, laissant le chef des mineurs à son triste sort.

De retour à la Table Ronde, les héros narrent leur quête victorieuse avec une démonstration technique de la pêche à la Galloise, peu convaincante et qui n’explique finalement pas grand chose… Sinon que l’eau mouille.

Édition de luxe

L’Énigme du Coffre est disponible en édition de Luxe. Elle comprend une couverture différente avec le logo imprimé en couleur dorée, les 46 pages en encrage noir et blanc sur papier crème épais, ainsi que 16 pages de supplément : interview d’Alexandre Astier, présentation d’Arnaud de la Croix, croquis de Steven Dupré, etc.

Aperçu

L’Énigme du Coffre − page 1

L’Énigme du Coffre − page 1

L’Énigme du Coffre − page 2

L’Énigme du Coffre − page 2

L’Énigme du Coffre − page 3

L’Énigme du Coffre − page 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*