Tome 2 : Les Sièges de Transport

Tome 2 : Les Sièges de Transport

Les Sièges de Transport est le second tome de la bande dessinée Kaamelott.

Synopsis

Le danger s’abat à nouveau sur Kaamelott. De puissants objets magiques ressurgissent de l’oubli et menacent de tomber entre les mains d’un dangereux chef Viking. Qui gagnera la course pour les Sièges de Transport ? La troupe d’élite de Kaamelott, Perceval et Karadoc ? Ou Haki, dont la proue du Drakkar menace de fendre le sable des plages du Royaume de Bretagne ?

Fiche Technique

Couverture de l'édition de luxe du tome 2 : Les Sièges de Transport

Scénario : Alexandre Astier
Dessin : Steven Dupré
Couleurs : Benoît Bekaert
Date de parution : 27 octobre 2007
Nombre de pages : 48
Format : grand format (240x320x12mm)
Éditeur : Casterman
Collection : Univers D’auteurs
ISBN : 2203008172

Résumé détaillé

Les mers du sud ne valent rien au sommeil des Vikings. C’est en tout cas ce que se disent Bjarni et Siger, deux guerriers des glaces qui peinent à trouver le sommeil sur le pont de leur drakkar. Ils avaient pourtant pris soin d’emporter une bonne cargaison de boisson, au cas où, quand leur chef Haki s’est lancé dans une nouvelle quête.

Ce n’est en tout cas pas la température de l’eau ou les caresses de Démétra qui perturbent Arthur dans son bain, mais plutôt l’irruption de la Dame du Lac ; elle a confié au roi une quête de la plus haute importance et s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles de son avancement… Arthur la rassure : deux hommes de confiance sont sur le coup. Et effectivement, Perceval et Karadoc sont en rase campagne, sur le point de se perdre. Ou du moins c’est ce qu’ils croient, car ce n’est pas leur genre… Les voilà donc face à un vieux bourru qui leur jette des épluchures de carottes pour les remercier de venir le relever. Après tout cela fait tout de même dix-sept ans qu’il surveille jour et nuit un tabouret.

Arthur, lui, dort sur une table dans la cuisine, le seul lieu qu’il a pu trouver pour travailler au calme. Se faire aménager un bureau, voilà ce qu’il devrait faire ! Mais la question que se pose Hervé de Rinel, chargé de l’ouvrage, est : doit-on y mettre le lit ?

Fendant l’onde tiède, Haki a mis pied à terre dans le Languedoc, surprenant quelque peu les piliers de comptoir qu’il met à la porte d’un tripot. Il est en quête d’un puissant artefact, qui se trouve à la cave ; quelques menaces et coups de masses et le voici en possession d’un vieux tabouret poussiéreux qui cache bien sa vraie nature : ce n’est ni plus ni moins que l’un des deux Sièges de Transport.

Tandis que les Vikings fêtent leur victoires à grand renfort de pichets et qu’Arthur tente de surmonter des pulsions violentes à l’égard des Herve de Rinel et Léodagan, Perceval se retrouve lui aussi dans le Languedoc à la faveur d’une erreur de manipulation du tabouret, laissant Karadoc seul en Bretagne face à un tabouret vide. La faute au sorcier qui leur pourrit la vie en les égarant par enchantement à chaque mission. C’est sur le petit port de pêche que Venec trouve le chevalier Gallois, sans bien comprendre comment c’est possible. Ils n’ont guère le temps d’épiloguer : les guerriers du Nord sont à leur poursuite et entendent bien récupérer leur trésor…

Après une veine tentative de distancer le drakkar de leurs assaillants, Perceval et Venec sont proprement arraisonnés et ligotés au mât, en compagnie du Seigneur Karadoc. Celui-ci, à peine revenu à la taverne pour se sustenter, a commis l’erreur de se servir du tabouret comme d’un marche-pied pour atteindre un jambon inconsciemment pendu hors de portée. La situation n’est guère brillante pour les trois bretons, ce qui ne les empêche pas de profiter de la nuit douce pour roupiller calmement contre le mât.

Mais la chance semble de leur côté. Lassé par les expéditions et les brimades, Siger se propose de libérer les prisonniers en échange de la protection du roi Arthur. Les quatre fugitifs atterrissent donc dans la remise de la taverne et se rendent à Kaamelott ou le tabouret maudit est dûment mis aux fers, sous bonne garde. Mais alors qu’Arthur et Léodagan s’envoient une fois de plus des noms d’oiseaux pour tout et rien, le fourbe Siger regagne le drakkar grâce au véritable tabouret qu’il a discrètement remplacé par un tabouret inerte dans les geôles. Haki espère ainsi pouvoir arriver directement dans le château et se venger de l’ennemi honni, Arthur…

Un plan ingénieux qui aurait pu fonctionner parfaitement si Léodagan n’avait pas tenté d’appuyer son discours au roi en lui envoyant à la figure le tabouret qui se trouvait par hasard à portée de main. C’est donc en plein air, quelques secondes après que le tabouret n’ait franchi la fenêtre, qu’Haki se matérialise. Ne reste alors plus qu’à démanteler la troupe de guerriers qui apparaissent l’un après l’autre sur le Siège de Transport, et expliquer à Perceval à l’occasion d’une réunion de la Table Ronde la teneur de sa prochaine mission : aller récupérer le second Siège qui repose toujours sur le drakkar, au beau milieu de l’Atlantique… Et pour longtemps, visiblement.

Édition de luxe

Les Sièges de Transport est disponible en édition de Luxe. Elle comprend une couverture différente avec le logo imprimé en couleur dorée, les 46 pages en encrage noir et blanc sur papier crème épais, ainsi que 16 pages de supplément : entretien avec Alexandre Astier et Steven Dupré sur les coulisses des Sièges de Transport, croquis inédits, etc.

Aperçu

Les Sièges de Transport − page 1

Les Sièges de Transport − page 1

Les Sièges de Transport − page 2

Les Sièges de Transport − page 2

Les Sièges de Transport − page 3

Les Sièges de Transport − page 3

Les Sièges de Transport édition de luxe − page 7

Les Sièges de Transport édition de luxe − page 7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*