// Pendragon : le point à mi-parcours - On En A Gros !

Pendragon : le point à mi-parcours

Le 16 septembre dernier Clément Bastie lançait Pendragon, la websérie amateur qu’il réalise et qui nous plonge 40 ans avant Kaamelott, du temps du règne du terrible Uther Pendragon. Douze épisodes ont été réalisés et, après une pause de mi-saison, le septième est disponible depuis vendredi. Faisons donc le point.

Après les premières bandes annonces publiées en novembre 2010 puis mars 2011, on attendait avec impatience la diffusion de cette web série dont le but n’est autre que de nous raconter l’histoire d’Uther Pendragon, le géniteur du roi Arthur. Projet ambitieux, et après avoir visionné les bandes-annonces et éventuellement les premiers épisodes, vous éprouviez peut-être quelques difficultés à formuler un avis définitif ; après sept épisodes, il est plus aisé de se faire une opinion correcte.

Pendragon, de l’idée et des difficultés

« Rien n’est jamais tout blanc ni tout noir, tout est dans le gris » comme disait un grand philosophe qui a peut-être existé mais que personne ne connait tant la vie est injuste ; tentons donc de donner un avis objectif sur Pendragon. La première chose que l’on remarque d’emblée en regardant les premiers épisodes, c’est que la qualité du générique et des musiques tranche fortement avec la qualité du son en général, le manque de moyens est flagrant en la matière.

Pendragon, photos officielles

Il y a deux difficultés majeures dans la création amateur : le talent du créateur et les moyens à sa disposition. Ce qui inquiétait dès le départ dans le cas de Pendragon, c’est la question des moyens. Bien évidemment, une série mal jouée et sans intérêt ne deviendra pas un chef-d’œuvre si elle est tournée avec un EOS 5D, mais à l’inverse une série qui présente beaucoup d’intérêt peut grandement pâtir d’un manque de moyens ; si Pendragon évite habilement une bonne partie de ces désagréments, un peu dans la veine d’Hero Corp qui est une superbe réussite compte tenu du budget disponible, plusieurs points demeurent handicapants pour cette ambitieuse série.

À revoir : sons et cadrages

Le plus gros soucis se situe au niveau du son, qui apparait de qualité inégale au fil des différents épisodes, sans doute à cause de l’évolution des moyens techniques durant la durée du tournage ; on note ainsi de nettes améliorations d’une séquence à l’autre et l’apparition de perchistes dans l’équipe technique, signe d’une amélioration dans la façon de tourner. Les cadrages posent également des problèmes, certains plans faisant preuve d’un manque d’originalité (rare) ou d’une violation des règles (plus fréquent) dans le choix des prises de vue, mais c’est hélas un problème régulier dans ce type de création et qui est parfois impossible à corriger entièrement. Le second point négatif est le jeu d’acteur qui souffre à la fois du manque des moyens techniques précédemment évoqué et d’un autre type de moyen qu’est la formation. Être acteur est un métier et à moins d’un talent extraordinaire, il faut beaucoup de travail pour sortir un texte avec justesse.

Pendragon, photos officielles

Il faut toutefois nuancer car là encore, l’évolution de la série marque une amélioration du jeu des acteurs et, si beaucoup de séquences donnent encore l’impression d’un jeu très scolaire, un grand nombre de répliques sonnent justes et tombent très bien. On peut regretter des pauses un peu trop longues par endroit et des exagérations de temps à autres, mais globalement on sent le travail d’écriture et de direction sous-jacent. Le rythme est parfois un peu chaotique on a à quelques reprises l’impression d’un silence un peu trop prolongé pour gagner quelques secondes de pellicule, mais c’est une volonté assumée d’emblée de prendre son temps et de poser le texte, comme l’indique Clément sur la page Facebook de la série. Le découpage des épisodes reprend le principe des premiers Livres de Kaamelott avec un peu plus de liberté que l’écriture minutée et scrupuleusement rythmée d’Alexandre Astier, mais on touche à nouveau à la limite des possibilités de l’amateur face à la maîtrise du réalisateur et scénariste professionnel.

Beaucoup mieux : costumes et décors

Plus positif, il faut tout de même signaler le travail fait pour les décors et les costumes. Quant à savoir si comme on peut le lire ça et là, il vaudrait mieux se concentrer sur le reste plutôt que le décor, le débat est ouvert ; mais il faut bien constater qu’il est plus facile de travailler sur les détails visuels d’une salle ou d’un champ que d’améliorer un son maltraité par le matériel ou une réplique qui ne sort pas correctement de la bouche de l’acteur.

Pendragon, photos officielles

Les scènes d’extérieurs jouissent d’un bon choix de décors et globalement d’une bonne mise en valeur, même si comme évoqué plus haut les cadrages sont mauvais sur certaines séquences et détruisent un peu la dynamique. Quoiqu’il en soit, bon point de plus. Les costumes ne plairaient pas du tout à Alexandre Astier qui a toujours dit qu’il voulait des frusques pour Kaamelott, des costumes usés et sales et non des pourpoints bien lavés et repassés. Là encore, Pendragon doit l’air trop propre de ses costumes à son manque de moyens : les costumes étant prêtés, on imagine difficilement les trainer dans la boue pour leur donner un côté plus réel, et vu le prix de ce type d’accessoire, hors de question d’en acheter. Peut-être à voir par la suite, pour des costumes fait sur mesure (et bénévolement) ? En tout cas la qualité des costumes est là, les personnages ont « de la gueule », notamment Uther, plutôt crédible en seigneur sombre et tyrannique dans sa tenue noire, ou Gorlois et ses tuniques bicolores. Mention pour les bottes moumoute de Merlin et la mise austère d’Ygerne qui reflète plutôt bien le personnage de Kaamelott joué par Josée Drevon.

Très beaucoup mieux : le récit

Dernier élément enfin, très positif celui-là : l’histoire. Si les deux premiers épisodes laissent un peu l’impression d’épisodes indépendants sans lien logique − à l’image des Livre I et II − la suite prend une tournure logique sinon chronologique ; on entrevoit l’arrivée prochaine du bâtard Arthur, on découvre la rencontre entre Merlin et Uther, on comprend le talent discutable du premier pour les énigmes, le dédain d’Ygerne pour la demi-sœur du futur Arthur, etc.

Pendragon, photos officielles

Gros travail de recherche et d’écriture, donc, qui sauve en grande partie la série des défauts énumérés plus haut.

En résumé, il y a définitivement une chose à retenir : Pendragon c’est bon, mangez-en. Il y a des défauts, certes, certains textes, certaines répliques, certaines scènes vous feront peut-être tiquer, vous vous direz peut-être « ça fait trop copié sur Kaamelott » ou « c’est mal joué » ; ce sera votre avis, respectable et compréhensible. Mais regardez quand même. Parce que cette websérie a le mérite d’exister, et la volonté de se démarquer et de faire quelque chose de qualité sans avoir les moyens de le faire, et parce même si il y a des défauts, c’est en aidant cette série, donc en la regardant, qu’elle a une chance de s’améliorer. Et comme, bien évidemment, vous aller regarder, vous retrouverez ci-dessus les sept épisodes publiés à ce jour. Bon visionnage :)

Les épisodes


Episode I : Sine Timor par Pendragonlaserie


Episode II : Les Écornifleurs par Pendragonlaserie


Episode III : Le Coup du Lapin par Pendragonlaserie


Episode IV : En liberté conditionnelle par Pendragonlaserie


Episode V : Casse-noix par Pendragonlaserie


Episode VI : Loup y es-tu ? par Pendragonlaserie


Episode VII : La Cour des Miracles par Pendragonlaserie

Crédit photo : respectivement Pendragon la série − tous droits réservés. Retrouvez Pendragon sur Facebook, Twitter, et sur le site officiel de la série évidemment.

10 réponse à “Pendragon : le point à mi-parcours

  1. Bebs dit :

    Salut, voici mon avis sur les premiers épisodes.
    Dans mon imagination je m’attendais à ce que l’époque Pendargon soit moins belle, plus austère et même plus sombre. Je ne connais pas bien la légende, mais si Arthur à modernisé la Bretagne (dans la série en tout cas) l’auteur aurait pu jouer sur un côté sombre et crade de l’époque Pendragon…
    Là, je ressens trop de fraîcheur : il fait beau, les oiseaux chantent, la bouffe est fraîche, les décors et costumes sont propres… effectivement, j’imagine que ces derniers sont prêtés donc il doit être difficile de les salir. Et même les acteurs sont biens peignés avec une barbe bien taillée… j’aurais bien vu des barbes hirsutes et des cheveux ébouriffés :-) Dans Kaamelott, Pendragon a la réputation d’être un gros bourrin !

    1. Askelon dit :

      Vrai pour la coiffure et la barbe des différents personnages, même si étant amateurs il doit être difficile pour eux de trop jouer sur une apparence physique qu’ils doivent conserver sérieusement au quotidien (la barbe broussailleuse, c’est impossible à envisager ou presque je pense, et une fausse barbe plomberait la crédibilité). Par contre un peu de maquillage ne serait pas superflu, effectivement :)

      Pour ce qui est du côté plus sombre, c’est à mon avis essentiellement un problème de moyen. Réaliser des épisodes dans la même veine que le Livre V par exemple demande du matériel très performant, qui supporte très bien les faibles lumières ; pas envisageable dans le cas présent quand on voit le résultat au début de l’épisode VII : tourner dans ces conditions lumineuses en extérieur, outre le fait que ça impose des horaires contraignants, ne rendraient probablement rien du tout à l’écran :/

  2. Boucot dit :

    Je rejoins à peu près tout ce qui est dit dans l’article, les qualités comme les défauts sont ceux que j’avais relevés.

    Mais comme dit Bebs, Uther est trop gentil par rapport à ce qui est dit dans Kaamelott. C’est censé être comme il dit un bourrin mais pas seulement. Un type cruel, qui opprimait son peuple. Là il apparaît tout à fait sympathique finalement.

    Mais Pendragon est une belle tentative, je n’en démords pas.

  3. Coco l'asticot dit :

    C’est plutôt sympa !! =)
    C’est vrai que l’ambiance et la personnalité de Pendragon peuvent être perçues un peu trop.. guillerettes mais bon, l’ensemble est original et bien foutu pour de l’amateurisme (d’après ce que j’ai compris) !

    PS : Askelon, t’apparais dans les remerciements de l’épisode VIII ^^ (épisode très bien aussi, avec le conception d’Arthur :o !)
    C’est pour cet article, ou quoi qu’ce soye ?

    1. Askelon dit :

      Han, vil spoiler ! :P

      J’ai pas encore regardé les épisodes suivants, je compte me faire toute la saison d’une traite à la fin de la diffusion :)

      PS : je suppose que c’est pour l’article, oui, Clément l’a beaucoup apprécié :)

      1. Coco l'asticot dit :

        Ah mince, j’t’ai tout cassé l’suspens c’est ça ? :/
        Sorry !!!

        (HS :Comment j’dois faire pour que je sois identifié dans mes commentaires, qu’y’ait mon avatar et tout..?)

        1. Askelon dit :

          Pas de mal ;)

          Les comptes utilisateurs du forum ne sont pas liés au site, à proprement parler il n’y a pas de comptes utilisateurs sur le site. L’avatar qui s’affiche pour certains membres c’est leur Gravatar s’ils en ont un. Peut-être qu’à l’avenir on verra pour lier les comptes du forum au site, mais ce n’est pas une priorité pour le moment ;)

          1. Coco l'asticot dit :

            D’accord pas de problème, c’est juste que je croyais que tous les membres du forum voyaient leur avatar apparaître, donc j’ai cru à une fausse manip’ de ma part ^^
            Allez je stoppe le HS !! =)

  4. Coco l'asticot dit :

    4 autres épisodes sur Dailymotion, plus un teaser nous annonçant la fin de la série pour le 16 décembre ! Autrement dit vendredi. =)

  5. Yosemma dit :

    Belle initiative mais je suis d’accord. Décor manque de noirceur, acteur manque de cruauté, surtout sur le plan physique (?!) et accent du sud ben, euh, comment dire… on est pas en Aquitaine!
    Qu’on les crame et qu’on en trouve des plus revêches! (mais non, allez, un poutou)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*