Kaamelott au cinéma

Kaamelott est actuellement dans une situation de blocage juridique, les films qui doivent conclure l’histoire de Kaamelott et la période de transition Kaamelott Résistance se font attendre, et les fans s’impatientent. Cette page se veut un exposé clair et détaillé de la situation, répondant à quelques questions qui reviennent souvent, et principalement à l’usage des personnes qui se demandent encore quelle sera précisément la suite de la série ; si vous êtes déjà au courant de tout ça et cherchez simplement des renseignements sur l’état actuel des choses, sautez directement à la partie Blocage juridique de la série.

En deux mots

Pour faire simple, la suite de Kaamelott n’est malheureusement pas à l’ordre du jour. En cause, un conflit juridique qui oppose Alexandre Astier, créateur de la série, à CALT, la société de production de la série1. Aucun détail n’est réellement connu à ce stade, sinon que les discussions ont duré longtemps et sont apparemment aujourd’hui arrivées à un mur ou chaque partie campe sur ses positions, bloquant toute possibilité de travail sur la suite de la série.

Que cela soit pourtant clair, les films ne sont pas abandonnés, pas plus que Kaamelott Résistance. Ils sont par contre reportés à une date inconnue, le temps que la situation se débloque. Notez que la bande-dessinée n’est pas concernée, le conflit ne portant a priori que sur les droits relatifs à la partie audiovisuelle de la série.

Dans le détail

Si vous êtes à jour sur la suite de la série en général, zappez cette partie et passez à la suivante.

Rappel sur le mythe du Livre VII

Petit rappel historique pour celles et ceux qui auraient manqué une partie de l’aventure : depuis la fin de la série télévisée à l’automne 2009, beaucoup de choses ont été dites, redites, confirmées ou infirmées sur la question de la suite de la série. Le Livre VII a beau avoir été annoncé comme mort-né avant même la diffusion du dernier Livre, il est régulièrement question retour d’un retour du roi Arthur sur M6 sous diverses formes. La suite directe du Livre VI, Kaamelott Résistance, devra assurer la transition entre la série et le premier long-métrage ; la forme reste à définir : nouvelles, téléfilms, mini-série télévisée ont été évoqué. C’est cette période de transition télé → cinéma qui revient de loin en loin sous l’appellation erronée et trompeuse de « Livre VII ».

La nouvelle revient en fanfare tous les six mois environ : une nouvelle saison de Kaamelott est annoncée. Le schéma est chaque fois le même : une interview d’Alexandre Astier, généralement dans le cadre d’un projet à part comme Que ma joie demeure ! ou David et Madame Hansen, une réponse vaguement affirmative sur la suite de Kaamelott à la télévision, et une sur-interprétation qui reprend l’interview en exagérant la non-information. On trouve par exemple des traces de ces annonces en 2012, encore 2012, et maintenant 2013. Si pour les premières on peut avoir un doute, au bout de la quatrième annonce en deux ans force est de constater que l’on a rien de nouveau à se mettre sous la dent.

Le danger d’annoncer à chaque fois une nouvelle saison est multiple : d’une part, cela ne fait qu’ajouter à la confusion ; l’affirmation ne reposant sur aucune véritable confirmation, elle est difficile à démentir et se répand vite ; d’autre part, c’est particulièrement trompeur : les seules évocations d’un retour à la télévision ne faisaient état que du souhait d’Alexandre Astier d’un éventuel unitaire de 90 minutes, de double épisode 2×52 minutes ou d’une mini-série de quelques épisodes courts. Parler de « nouvelle saison » ou de « Livre VII » créé un parallèle douteux avec les précédentes saisons de Kaamelott et laisse entendre que l’on pourrait retrouver une centaine d’épisodes en 3’30 comme les premiers Livres ou une cinquantaine d’épisodes comme le Livre V… Or il n’y a strictement rien qui permette d’étayer cela, bien au contraire.

Le blocage juridique de la série

La non-question du budget

Évacuons d’emblée cette fausse question : ce n’est pas un problème financier qui bloque Kaamelott. Alexandre Astier l’a affirmé a de nombreuses reprises, ici par exemple. Kaamelott ne manque pas de budget, la chaîne M6 est très motivée et soutient le projet ; c’est ailleurs que ça coince.

La question des droits

Beaucoup se sont demandés comment un créateur pouvait se trouver dépossédé de son œuvre ; la réponse est simple : en la cédant à quelqu’un d’autre. Mais en réalité, il n’est pas dépossédé : l’auteur conserve toujours des droits sur sa création, certains dont il ne peut se défaire même volontairement. Il peut en revanche parfaitement se séparer d’autres droits, comme les droits d’exploitation et de diffusion par exemple. C’est le cas précisément, la chaîne M6 détenant les droits de diffusion, M6 Web les droits de diffusion sur Internet, et CALT probablement une bonne partie des droits d’exploitation.

Tout cela est réglé par des contrats qu’il faut revoir au besoin, ce qui n’est jamais évident, encore moins en cas de désaccord… Dans le cas de Kaamelott, lesdits contrats ont été signés en 2004 à l’époque de la production des premiers Livres et s’étendent jusqu’au dernier Livre en 2009 ; il est évident que les conditions qui étaient acceptables à l’époque pour une série télévisée ne le sont plus du tout aujourd’hui pour réaliser une trilogie cinématographique. Les négociations ont semble-t-il porté leur fruit sur certains des objectifs fixés, Alexandre Astier affirmait notamment en novembre 2012 avoir obtenu la gestion des décisions relatives à la licence et la présence de Jean-Christophe Hembert comme producteur exécutif des films. Restaient les questions d’autonomie : Alexandre Astier veut pouvoir travailler comme il l’entend, et c’est là que cela coince, un désaccord opposant CALT et Alexandre Astier. Il n’y a rien à faire de ce côté-là malheureusement, à part laisser travailler ceux que cela concerne pour résoudre au mieux la situation.

L’attente et la perte d’intérêt des fans

C’est une formule que l’on rencontre très, très souvent, signe d’une certaine inquiétude pour beaucoup de fans : plus le temps passe, plus le public se lasse et oublie la série, ce qui aura pour conséquence un échec cuisant de la suite prévue. Or, rationnellement, tout cela ne tient pas du tout la route.

Le but d’un film est avant tout de toucher un vaste public ; les films Kaamelott devront avant tout être destinés à toucher un très large public, pas uniquement le public restreint des fans de la série. Les fans de Kaamelott représentent une infime minorité de l’audience potentielle, tout le but sera précisément de faire des films qui soient accessibles à tous, les fans de la première heure connaissant la série par cœur comme les nouveaux découvreurs de l’univers de Kaamelott. Les deux ne sont pas incompatibles, loin de là, Alexandre Astier a suffisamment fait ses preuves de scénariste pour nous rassurer sur ce point. Par définition, les fans sont un public acquis, ils feront le déplacement peu importe le temps qui s’écoule entre la fin de la série et l’avant-première du premier film. De même, les personnes qui n’étaient pas intéressées par Kaamelott lors de la diffusion télévisée n’auront pas changé d’avis dix ans après ; c’est vers le public intermédiaire qu’il faut se concentrer : les spectateurs à convaincre. Et pour cela, le temps n’a aucune espèce d’importance.

Que faire ?

C’est la grande question, la réponse la plus logique est : rien. La situation actuelle échappe totalement à la compréhension et au contrôle des fans, les mouvements inconsidérés ont autant de chance de nuire à la série que de la soutenir ; dans son décryptage cité plus haut Manuel Raynaud évoque un message caché dans la récente interview d’Alexandre Astier, adressé non aux fans, mais au(x) personne(s) qui bloquent actuellement la situation. Le message est clair : Kaamelott sans Astier ne se fera pas, il a d’autres projets et il a le temps d’attendre. Partant de là, toute action inconsidérées des fans aura un impact négatif sur l’affaire : elle renforce la position de ceux qui bloquent l’avancement tout en affaiblissant celle d’Alexandre Astier, qui se retrouve dans le rôle maudit du méchant réalisateur qui méprise ses fans plutôt que de leur offrir l’œuvre qu’ils réclament massivement.

Bien sûr, ce n’est pas une perspective très joyeuse, mais être fan nécessite aussi parfois de se mettre à la place de l’auteur et de voir les choses de son point de vue ; si les témoignages de soutien et d’encouragement sont évidemment du baume au cœur dans les moments difficiles, le fait que cela puisse être utilisé comme un moyen de pression contre l’auteur doit inciter à la plus grande prudence.

  1. Alexandre Astier ne cite pas précisément la société, mais précise que le problème n’est pas financier, et ne vient pas non plus de la chaîne M6. Reste donc la société CALT, que Bruno Solo cite nommément en la personne de son dirigeant Jean-Yves Robin, comme source du problème. []

11 réponse à “Kaamelott au cinéma

  1. besson dit :

    madame monsieur les juridiques laisser Alexandre Astier faire la trilogie kaamelott pour nous les fans je trouve sa dommage que pour un réalisateur comme alexandre ne peux pas faire se qu’il veux avec son talent filmografique

  2. L_One dit :

    ON EN A GROS !!!

  3. arthurion dit :

    Tout a fait d’accord avec besson Kaamelott sans Alexandre Astier c’est impensable . d’autant plus que c’est lui le créateur de la série .

  4. clebs dit :

    de toute façon, depuis que je suis au courant, je boycott CALT et toutes ses productions ( qui sont de moins en moins bien il me semble ). on voit bien que Robin n’est pas là pour produire des programmes Français, il est là pour se faire un maximum de fric sur le dos des auteurs/réalisateurs
    tant pis pour Hero corp 4, de toute façon le 1 était top, ensuite la descente commence, le 3 n’étant vraiment pas terrible.
    certains peuvent trouver ça stupide, pour moi c’est une question de principe.

    1. Adam dit :

      Pourtant la 4 est top!!

  5. dyn dit :

    Et quand est-t-il de « PEPLUM » odieuse tentative de plagiat …le talent en moins.

    1. Joana dit :

      Totalement d’accord. « Peplum » c’est juste déprimant. J’ai tenu moins de deux minutes devant l’écran.

  6. Sophie dit :

    Que la société CALT laisse donc Alexandre Astier faire Kaamelott. Alexandre est suffisamment talentueux pour parfaitement se débrouiller comme il l a déjà prouvé avec les livres de Kaamelott qui sont tous sans exception des chefs d oeuvre.
    Alors oui j en ai gros!!!
    Courage à vous M. Astier! Vous êtes intègre et cela fait du bien dans ce monde!

  7. Marie dit :

    Pour les vrais fans comme moi kaamelott sans Astier c’est juste impensable ! Alors oui on veut le livre VII avec impatience et on attendra le temps qu’il faudra !!
    On en a gros !!

  8. limfl recha dit :

    on a attendu plus de 30 ans pour voir l’épisode 7, on saura être patient pour kaamelott aussi! ^^
    Si ça pouvait durer moins de 30 ans ça serait cool par contre! :D

  9. Joana dit :

    On a de la chance d’avoir Alexandre Astier et sa forte personnalité contre de facilitisme et la lacheté de CALT qui veut seulement faire de l’argent en s’enfichant totalement de la qualité. Alexandre Astier est un homme culte et ouvert d’esprit et les fans attendront ce qu’il faut pour que le résultat soit justement celui que Astier a prévu de leur donner.
    Je ne suis pas française d’origine et je peux dire que Kaamelott est une des raisons qui m’a fait aimer la culture de ce pays merveilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*